Adam Smith n’était pas fort sur la main invisible, semble-t-il.

Pourtant, quand on revisite l’oeuvre d’Adam Smith, on se rend compte que cette main y est effectivement invisible. Dans cette oeuvre, Smith n’emploie que trois fois, dans trois livres différents, cette notion. Et quand on divise ces six mots par la totalité de ceux contenus dans cette oeuvre — 1,5 million —, on trouve un ratio de 0,000004 %.

Et deux fois sur ces trois fois ne faisaient pas référence au marché

À lire: www.ledevoir.com/opinion/idees/527348/facebook-ne-peut-compter-sur-la-main-invisible-d-adam-smith