À propos du décrochage scolaire des Québécois

Analyse très instructive de Françis Vailles:

Pourquoi sommes-nous si forts en maths et avons-nous, en même temps, un taux de diplomation au secteur public si faible par rapport aux autres ? L’une des raisons, justement, c’est que nos cours de maths sont plus exigeants, qu’ils produisent des enfants plus solides, mais aussi qu’ils entraînent plus d’échecs, dont plus de « décrochage ».

Il explique aussi que si nos jeunes décrochent, ils sont plus nombreux à raccrocher qu’ailleurs.

Tout n’est pas rose, mais tout n’est pas noir.

À lire: plus.lapresse.ca/screens/45f9ba95-850b-45f1-a16e-e26cb4f5ca3b__7C___0.html

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

Dernières publications

RSS Le Sportnographe

RSS Le club des mal cités

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.