Une analyse qui semble tenir compte de tous les facteurs et qui démontre qu’il faut travailler encore plus en amont:

Une hausse des quantités de matières recyclées sans diminution, en valeur absolue, des matières résiduelles générées est une forme d’échec. Aussi, l’État doit remettre en avant cette priorité, mieux réguler l’écoconception des produits (réglementation, achat public, communication publique, etc.) et mieux informer le public pour des choix de (non) consommation éclairés.

À lire: www.ledevoir.com/opinion/idees/529244/arretons-de-faire-l-autruche-dans-le-bac-de-recyclage