Un fascinant (inquiétant) portrait de la relation Trump-Hannity

C’est comme si Jeff Fillion jasait tous les jours avec Philippe Couillard.

But for the most part, policy has taken a back seat on Hannity; regardless of the news of the day, the overarching narrative of the show is the political persecution of Trump, and by extension of Hannity and Hannity’s viewers, at the hands of the so-called deep state and the Democratic Party, and the corrupt mainstream media, a wholly owned subsidiary of both. Everything comes back to special counsel Robert Mueller’s investigation into Russia’s involvement in the 2016 election, a phony, petty diversion from what should be the real focus: prosecuting Hillary Clinton. Hannity admits to advising Trump, but on the air, he’s repeatedly mocked suggestions that he functions as an unofficial chief of staff and criticized the “fake-news media” for not bothering to reach out to him for the truth (a spokesperson for Fox News declined multiple interview requests for this article on Hannity’s behalf). More than any other figure of the right-wing infosphere, Hannity has behaved as if he were an extension of the Trump communications department, his daily stream of assertions serving to prop up Trump and, in real time, define what Trumpism is supposed to be.

On the phone, he and the president alternate between the “witch hunt!” and gabbing like old girlfriends about media gossip and whose show sucks and who’s getting killed in the ratings and who’s winning (Hannity, and therefore Trump) and sports and Kanye West, all of it sprinkled with a staccato fuck … fucking … fucked … fucker. “He’s not a systematic thinker at all. He’s not an ideologue,” one person who knows both men said of Hannity. “He gives tactical advice versus strategic advice.”

À lire ici: Donald Trump and Sean Hannity Like to Talk Before Bedtime

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel, abonnez-vous à notre infolettre!

Le club des mal cités

Jacques Brassard, qui patine

Jacques Brassard, qui patine

Vous savez que je patine régulièrement avec plein de monde. Y’a personne qui est venu me dire, ah là là, faut absolument que je m’achète une auto électrique, ça plus aucun sens, je suis polluant comme c’est pas possible. Ça m’empêche de dormir. Personne me dit ça!

Luc Lavoie, à propos du trou dans la couche d’ozone

Luc Lavoie, à propos du trou dans la couche d’ozone

On en parlait tous les jours. Un moment donné on avait peur d’être éjecté par le trou pis se retrouver dans l’espace. Pis le trou y grandissait, y grandissait, y grandissait, pis y’avait des scientifiques qui disaient: ça c’est à cause des aérosols pis je sais pas quel autre truc. On a banni les aérosols […]

Michel Juneau-Katsuya, comme de l’eau d’érable

Michel Juneau-Katsuya, comme de l’eau d’érable

Le Canada vient de se prendre les doigts entre l’écorce et la roche.

Le club des mal cités

Jacques Brassard, qui patine

Jacques Brassard, qui patine

Vous savez que je patine régulièrement avec plein de monde. Y’a personne qui est venu me dire, ah là là, faut absolument que je m’achète une auto électrique, ça plus aucun sens, je suis polluant comme c’est pas possible. Ça m’empêche de dormir. Personne me dit ça!

Luc Lavoie, à propos du trou dans la couche d’ozone

Luc Lavoie, à propos du trou dans la couche d’ozone

On en parlait tous les jours. Un moment donné on avait peur d’être éjecté par le trou pis se retrouver dans l’espace. Pis le trou y grandissait, y grandissait, y grandissait, pis y’avait des scientifiques qui disaient: ça c’est à cause des aérosols pis je sais pas quel autre truc. On a banni les aérosols […]

Michel Juneau-Katsuya, comme de l’eau d’érable

Michel Juneau-Katsuya, comme de l’eau d’érable

Le Canada vient de se prendre les doigts entre l’écorce et la roche.

Impossible de recevoir des informations à propos de ce blog en ce moment.