goudaille

Comme dans "good eye Denis".

Category: lien (page 1 of 8)

Beau portrait des États-Unis dans Libération

C’est pas jojo:

Ces évidences rappelées, rapprochons-nous un peu. Baissons-nous, même. Que voit-on, quand on soulève le tapis rouge de «l’exceptionnalisme américain», quand on quitte, même de quelques miles, les mégapoles côtières ? Des nids-de-poule qui créent de dangereuses sorties de route au pays de l’automobile. Des infrastructures qui s’effritent ou s’effondrent, des barrages qui se fissurent (lire notre reportage à Oroville), des trains qui déraillent. L’inexistence d’un système de santé public (à lire : «Accouchement : mères noires, sombres rivages). Une espérance de vie indigne d’une superpuissance économique. Une école très fortement inégalitaire. Une mobilité sociale plus basse encore aux Etats-Unis qu’en Europe, bien loin du sacro-saint «rêve américain», comme l’écrit l’intellectuel et activiste américain Noam Chomsky (Requiem for the American Dream). Une classe moyenne asphyxiée, quand les super-riches reçoivent des cadeaux fiscaux (lire l’interview d’un prof d’économie à Berkeley). Un racisme systémique. Un taux d’incarcération digne d’un régime totalitaire – les Etats-Unis représentent 4,4% de la population, mais 22% de la population carcérale mondiale (lire les témoignages d’ex-détenus de Rikers Island). Un taux d’homicides par armes à feu sans commune mesure avec les autres pays développés. Une société anxieuse, minée par les hypothèques ou les remboursements d’emprunts étudiants (lire «Education : les pauvres mis au ban»), dopée aux amphétamines ou shootée aux opiacés.

Faut voir le film Florida Project, dans le même ordre d’idées…

— À lire sur www.liberation.fr/planete/2018/04/22/l-amerique-cote-chaos_1645208

Sous une vidéo de l’attentat à Toronto… #areyouok #canwetakeyourvideo

L’écart entre les hommes et les femmes en science n’existera plus dans 16 ans… ou plus

C’est ce que dit une étude. De plus, les femmes sont plus souvent première auteure (autrice?) parce qu’elles sont moins souvent le professeur qu’on ajoute à la fin pour être fin même s’il n’a pas fait grand chose (ma traduction libre).

For example, his team found that in almost all fields, women are substantially less likely to be the last author on a paper—the spot that’s usually occupied by senior figures in leadership roles. Instead, relative to the overall gender ratio, they’re significantly overrepresented in the first-author position, which is usually occupied by junior researchers who do the bulk of the work. This speaks to a broader trend: The further up you go in academia, the more underrepresented women are. Indeed, Holman calculates that to close the gender gap at a senior level across all fields, it will take a median of 38 years, rather than just 16.

La Presse Électrique a aussi texte sur une nouvelle semblable ce matin: Les femmes scientifiques pénalisées… par les femmes.

À lire: www.theatlantic.com/science/archive/2018/04/when-will-the-gender-gap-in-science-disappear/558413/

Végétariens et jambons ne font pas bon ménage

Pour mal commencer une journée, il est conseillé d’aller lire les commentaires sous les publications de TVA nouvelles.

Comme ceux-ci, sous une nouvelle à propos des effets néfastes de la production de viande.

Une autre belle analogie de Maxime Bernier

C’est quand même différent de l’alcool, du pétrole et des êtres humains…

…et on peut pas dire que les gens se font souvent arrêter pour avoir importer de l’alcool d’une autre province.

Pour lire d’autres belles analogies de Maxime Bernier, c’est ici.

Universitaires dans nos médias: le spectacle avant tout

Inquiétant:

À l’inverse, à la radio et à la télévision, la classe universitaire a perdu 19 % de sa vélocité pendant la même période. Depuis 24 mois, c’est une chute moyenne de 7 % par année.

Comme le dit M. Dumas, c’est probablement une question de spectacle, malheureusement. On préfère quelqu’un qui dit avec entrain des choses approximatives qu’un expert un peu trop drabe.

À lire: plus.lapresse.ca/screens/2d9d72a4-acf6-4eb8-a000-a33a18ef1671|_0.html

Attention au bien commun!

Youri Chassin, candidat de la CAQ:

« Si je me montre si suspicieux envers les solutions étatiques, c’est principalement parce que je ne crois pas au mythe d’un État au service du bien commun. Déjà, l’idée qu’il puisse exister un “bien commun” sonne l’alarme. La joute politique se fonde justement sur l’absence de consensus quant à la nature du fameux bien commun », a-t-il écrit dans un article publié le 22 mars dernier.

En tout cas, on sait qu’il n’est pas communiste.

Source: www.ledevoir.com/politique/quebec/525314/la-caq-a-choisi-son-candidat-dans-saint-jerome-l-economiste-youri-chassin

Rodéo et hégémonie des bien-pensants

Un peu intense, le « coup de griffe » de Jean-Marc Beaudoin dans Le Nouvelliste:

Il faudrait peut-être former un commando chargé d’aller placer des charges explosives sous tous les ponts qui donnent accès à l’île de Montréal. Pour ne plus permettre à certains de ses habitants de quitter leur île, mais surtout à une grande partie de sa prétentieuse intelligentsia de garder pour elle ses «lumières».

À la limite, à défaut de faire sauter tous les ponts, au risque de faire d’innocentes victimes, on pourrait se satisfaire d’au moins voir s’écrouler les ponts Le Gardeur et Charles-de Gaulle. La rive sud, qui s’est déjà bien défendue contre Colborne, prendra les mesures qui lui conviennent si elle veut se mettre à l’abri des assauts coloniaux des «grands esprits» montréalais, du Plateau et de ses environs.

Des actes terroristes, vous dites? Pour la forme, bien sûr. Il n’est pas question de passer à l’acte. Sauf qu’il faudra bien à un certain moment trouver une parade à l’hégémonie montréalaise que veulent imposer leurs bien-pensants sur la façon dont on devrait réfléchir et vivre au-delà de leurs rives.

La suite ici: On sort les lassos.

Mais vaut peut-être mieux lire Paul Journet à ce sujet: Ceci n’est plus une tondeuse.

Un Pastrnak de beau titre

Laisser tomber son droit de vote contre une augmentation de salaire

C’est pas inquiétant rien qu’un peu:

In exchange for the hypothetical pay bump, about 35% of these employees said they would sacrifice their voting rights for life. In addition, just over 9% of respondents said they would give up their children’s (or future children’s) right to vote for life for the make-believe raise.

Par contre, seulement 5% seraient prêts à manger un Tide pods en échange d’une augmentation de salaire de 10%.

Source: A Third of Americans Would Forfeit Their Voting Rights For a 10% Pay Raise, Says Study

Older posts

© 2018 goudaille

Theme by Anders NorenUp ↑