goudaille

Comme dans "good eye Denis".

Category: Non classé

L’armée américaine peut générer des voix en altérant des atomes

Avec même pas de speakers:

One device that the lab is making is an energy weapon that can use lasers to create the Laser-Induced Plasma Effect, which allows it to alter atoms and create words out of thin air. For now, it makes strange human-like sounds, but intelligible words are coming within the next three years. The goal is to have the weapon being able to create particular noises or heat at particular distant points in space. Anyone in between the weapon and the place where it creates this effect would be unaffected. The current range of such a blast is projected at “tens of kilometers”

Schizophrène.

À lire sur bigthink.com/paul-ratner/the-us-military-has-a-weapon-that-can-create-human-speech-miles-away

En retard pour les vacances

Ça fait dur:

On entend souvent dire que les salariés français comptent parmi les plus avantagés au chapitre des vacances. Ne serait-il pas plus juste de dire que ceux du Québec se trouvent parmi les plus désavantagés des pays industrialisés ? Qu’on y regarde seulement de plus près. Au Royaume-Uni et en Pologne, les employés bénéficient respectivement de 28 jours et de 26 jours de congés payés au minimum chaque année. En Suède : 25. Au Brésil : 22. En Belgique, ce sont quatre semaines qui sont payées, tout comme en Allemagne. À noter qu’en Allemagne, après six mois à l’emploi d’une firme, vous avez droit à vos 20 jours de repos, en plus des autres avantages sociaux. Même dans le Japon dont on nous a tant seriné que les ouvriers se tuaient à la tâche (quelle gloire idiote !), les salariés profitent depuis longtemps d’un minimum de quatre semaines de vacances. À noter que le Japon compte 15 jours fériés comparativement à 8 au Québec.

Un employé qui n’a pas eu de vacances depuis six mois ne doit pas être très très productif…

Via: www.ledevoir.com/opinion/chroniques/523655/son-voyage

C’est un peu ça…

Via: https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10156538526674767&set=a.10150622596489767.410785.656004766&type=3

Des prénoms qui en disent long

Étonnant, mais pas tant que ça:

En France, le sociologue Baptiste Coulmont a compilé et analysé les résultats scolaires des étudiants en fonction de leur prénom. Et les résultats sont éloquents. En 2017, les Diane,Adèle et Joseph avaient plus de 20 % de chances d’obtenir la mention « Très bien » au baccalauréat (l’équivalent d’un DEC au Québec), contre à peine 3 % des Cindy, Steven et Dylan.

En France comme au Québec, les gens issus des milieux dits « populaires » – dont les résultats scolaires sont statistiquement plus faibles – affichent un goût marqué pour les prénoms de consonance anglophone, comme Logan, Hayden ou Madison.

Via: plus.lapresse.ca/screens/b69ad599-e012-4096-b252-6fdcc33f0297|_0.html

Étudier les utilisateurs de Facebook, oui. Étudier Facebook, non.

Jean-Hugues Roy:

L’application que j’avais commencé à programmer était d’une tout autre nature. Si vous aviez consenti à participer à mon projet de recherche, l’application vous aurait demandé votre âge, votre genre et votre région de résidence afin de constituer un échantillon représentatif de la population québécoise. Elle vous l’aurait demandé directement, sans puiser dans votre profil Facebook. Elle ne serait pas allée chercher votre liste d’amis ni aucune autre donnée personnelle possédée par Facebook.

Elle se serait ensuite contentée de recueillir uniquement les publications apparaissant dans votre fil d’actualité. Pour chacune de ces publications, elle aurait enregistré 14 variables relatives à ces publications (titre, date, contenu, provenance de la publication, nombre de « j’aime », de commentaires et de partages, etc.). C’est tout.

En somme, je ne m’intéressais pas à vous. Je m’intéressais à Facebook. Je m’intéressais à l’information que Facebook trie et vous sert dans votre fil d’actualité.

L’application d’Aleksandr Kogan et de Cambridge Analytica s’intéressait à vous,
à vos données personnelles.

Un exemple révélateur: plus.lapresse.ca/screens/45d2ac30-8704-4dd7-91c9-f3bdf27469a0|_0.html

La lapidation pour les tireurs fous?

Officials in Schuylkill County are planning to teach students to throw rocks at school shooters.

The superintendent of Blue Mountain School District testified to a state committee in Harrisburg last week that each classroom in the school has been equipped with a five-gallon bucket of river stone, according to WNEP TV.
— À lire sur www.mcall.com/news/breaking/mc-pol-schuylkill-county-blue-mountain-bucket-of-rocks-in-classes-20180323-story.html

Infocalypse!

Oui, l’infocalypse.

Non, ça n’a rien à voir avec les cotes d’écoute de RDI. On parle plutôt ici de l’apocalypse de l’information en général.

C’est un terme qu’ils emploient dans un entretien du site Buzzfeed avec Aviv Ovadya où l’on démontre vers quel gros tas de chnoutte de post-vérité l’on se dirige.

Bien sûr, on connaît déjà la place que prennent les fausses nouvelles dans notre monde médiatique. Ces fausses nouvelles qui sont amplifiées par les géants de l’internet qui mettent la priorité sur les clics, les likes et les partages.

Une situation qui fait que ce sont souvent des contenus extrêmes qui sont les plus populaires.

Ce n’est pas pour rien que Marie-Chantal Toupin est devenue virale. 
Et là, je ne parle pas de sa petite grippe mais de ses statuts intempestifs en majuscule. Il n’existe aucun vaccin pour ça, malheureusement.

Les gens sont attirés par ces contenus-là. Ils tombent dans les pièges à clic.

Une femme enceinte d’un compteur d’Hydro-Québec? Si le courant passait entre les deux, ça s’peut.

Une pharmacienne qui devient millionnaire grâce à la pensée magique? C’est écrit dans un livre, ça doit être vrai.

Canadien va faire les séries? Renaud Lavoie l’a dit, alors pourquoi pas?

Même moi je me fais avoir parfois par les fausses nouvelles. Il y a quelques années, une capture-écran de TVA circulait et présentait le sous-titre suivant: “Déplacements difficiles en estie”, plutôt qu’en Estrie.

Or il s’agissait d’une image trafiquée.

Probablement que plusieurs personnes croient encore que c’est vrai et pensent que TVA n’est pas un média fiable. Le mal est fait. La réputation de Mario Dumont en est peut-être entachée.

Les gens se font avoir comme des petits pains chauds par les fausses nouvelles.

Et bientôt, ce sera encore pire grâce à l’intelligence artificielle et aux nouveaux applications qui pourront faire dire n’importe quoi à n’importe qui.

Vous direz peut-être qu’on peut déjà faire dire n’importe quoi à n’importe qui: suffit de mettre le bon montant sur la table. Richard Martineau n’est effectivement pas devenu conservateur par magie.

Mais on parle ici de faire dire n’importe quoi à n’importe qui à l’insu de son plein gré.

C’est même déjà possible. On est maintenant capable de synthétiser la voix de quelqu’un pour lui faire dire des mots qu’il n’a pas dit. Et faire fitter ça avec des images. À Standford, ils ont déjà réussi à faire de faux discours de Barack Obama assez réalistes.

Donc, on pourrait créer des vidéos du vrai Vladimir Poutine qui déclare la guerre à la Chine et faire circuler ça. On pourrait créer une vidéo de Gaétan Barrette qui annonce sa démission suite à une pétition et l’envoyer à LCN (fake news, malheureusement). On pourrait créer des vidéos où Donald Trump tiendrait des propos incohérents, racistes ou misogynes?

Imaginez ce monde-là.

Toujours à l’avant garde, le monde de la pornographie nous offre déjà de ce genre de vidéo où l’on voit les ébats sexuels d’actrices de tout nus auxquelles on a superposé le visage de Scarlett Johanson ou d’Ivanka Trump.

Et on n’y voit que du feu (à ce qu’il paraît). Ils appellent ça du “deep fake” d’ailleurs. Ç’est fou les choses qu’on essaie de nous rentrer dans le fond de la gorge de nos jours.

Le monde est en train de se transformer en un épisode de Black Mirror. On aurait tous préféré qu’il se transforme plutôt en épisode de Chambre en ville, où malgré leurs différences, les chambreurs de Louise Deschâtelets finissent par tisser des liens et former une belle grande famille.

Mais non, ce n’est pas ça.

Cette technologie-là va bientôt permettre à des faussaires de faire lire des fausses nouvelles par des gens crédibles. Genre un faux Patrice Roy qui reçoit un faux François Bugingo pour parler de la Libye. Ou un vrai François Bugingo. Dans ce cas-ci, ça revient au même.

Les fraudes seront bien sûr encore plus sophistiquées, selon Aviv Ovadya.

Imaginez un arnaqueur qui serait allé espionner vos réseaux sociaux et qui vous fait croire qu’il est un de vos amis. Il vous demande de l’argent qui va permettre de vous aider plus tard.

Une technique digne d’Assurances Desjardins. À la fois horrible et inquiétant.

Les gens se faisaient avoir par les Prince nigérien, alors imaginez quand ce sera votre faux beau frère qui veut vous emprunter de l’argent.

L’infocalypse, c’est quand le faux aura l’air plus vrai que le vrai. C’est demain.

On mise sur la naïveté mais aussi sur l’apathie des gens qui s’en foutent un peu de savoir ce qui est vrai ou pas, tant que ça fitte avec ce qu’ils pensent.

À quoi va ressembler ce monde là? À un épisode des Squelettes dans le placard, on sait pas ce qui est vrai, on sait pas ce qui est faux, pis on comprend même pas les règles.

Pour écouter la version audio de cette chronique, c’est ici.

© 2018 goudaille

Theme by Anders NorenUp ↑