Archives pour centpapiers

CentPapiers, la plateforme de journalisme citoyen que Jean-Philippe Wauthier et moi avons fondé il y a environ trois ans, a besoin d’aide. Comme Jean-Philippe et moi sommes un peu pris par le Sportnographe, nous n’avons plus de temps pour en assurer la gestion et pour en faire la promotion.

Le site continue d’accueillir environ 1000 visiteurs uniques par jours et de générer de 2000 à 3000 pages vues quotidiennement. Pas énorme, mais bon. C’est aussi 4500 articles publiés, 8000 commentaires, et 2500 rédacteurs inscrits. Surtout, ça reste le premier site du genre au Québec, et il bénéficie d’une certaine notoriété. Nous sommes régulièrement sollicités pour nous prononcer dans les médias.

Assurément, le potentiel est là, mais nous n’avons pas le temps de faire la promotion du site et d’assurer son épanouissement.

Nous cherchons donc des partenaires qui seraient intéressés à assurer la gestion quotidienne du site (validation et édition des articles) et la promotion du site.

Nous sommes ouverts à toutes sortes de partenariat. Une participation dans l’entreprise, un partage des revenus, une fusion, whatever.

Si la chose vous intéresse, contacter moi oniquet sur gmail.

L’hiver dernier, une entreprise a tenté d’acheter CentPapiers.

Nous n’en avons jamais parlé pour ne pas créer de remous, mais maintenant que la poussière est retombée, pourquoi pas.

Nous ne pouvons évidemment pas divulguer l’identité de l’acheteur potentiel, mais on peut dire qu’il s’agissait d’une “startup” montréalaise qui avait levé beaucoup de fonds, en Europe, principalement.

Après examen de leurs états financiers, leurs prévisions, et parce qu’on ne croyait pas vraiment en leur produit, nous avons décidé de ne pas embarquer dans l’aventure. Ça nous aura quand même donné un bon mois de stress et de tergiversations, et nous aura permis de constater que nous ne sommes pas vraiment des hommes d’affaires. Heureusement, nous sommes très bien entourés.

Il reste qu’un an plus tard, nous sommes très contents de notre décision. C’est pas mal tout ce que j’ai à dire là-dessus. Ça fait du bien d’en parler.

Avant-hier, CentPapiers a battu son record de visites avec plus de 8000 visiteurs. Nous n’avons aucune idée d’où ils proviennent, mais ils sont tous arrivés sur un article à propos de Bernard Tapie dont il a probablement été question sur une radio ou télévision française. Eh bin.

D’ailleurs, depuis cette semaine, nous avons intégré quelques rédacteurs pour nous aider à l’édition du site. Les articles devraient ainsi sortir plus rapidement, et il devrait y avoir un peu plus de vie sur le site. Disons que nous sommes pas mal occupés par le Sportnographe par les temps qui courent.

Enfin, Jean-Philippe et moi avons participé lundi dernier au tournage d’un documentaire de Jacques Godbout et Florian Sauvageau sur l’état du journalisme : “Le 4e pouvoir”. Pas de la petite bière.

Ça s’est plutôt bien passé même si j’ai l’impression d’avoir paru assez con avec une de mes réponses (espérons que ce sera coupé au montage), et que nous avons dû courir pour nous y rendre puisque la ligne orange était en panne. J’aurai probablement des ronds sous les bras, dans votre téléviseur (à moins que ça aussi, s’enlève au montage ?).

J’ai modifié quelques petits trucs sur CentPapiers, histoire de le rendre plus attrayant :

  • Ajouté les dernières nouvelles avec petites photos dans la colonne de droite des articles;
  • Enlevé la publicité de format “big box” (toute la pub risque de foutre le camp bientôt);
  • Ajouté une boîte avec les onglets “plus lus”, “meilleures notes”, et “plus commentés”;
  • Agrandi la taille de la police;
  • Désactivé l’agrégation des fils RSS de quelques médias d’ici pour la remplacer par la Google AJAX Feed API;
  • Changé la couleur du menu de connexion (en jaune pour l’instant, en souvenir de Branchez-Vous).

D’autres modifications sur le fond et la forme viendront prochainement.

Publié sur le blogue de CentPapiers :

Vous aurez peut-être constaté que CentPapiers n’arbore plus la bannière de Branchez-Vous ! en en-tête. C’est que notre entente avec Branchez-Vous ! tire à sa fin et que nous avons décidé d’adapter notre collaboration afin qu’elle reflète mieux nos besoins respectifs.

Bien que ce partenariat nous ait apporté une belle visibilité, la bannière portait à confusion sur le statut de CentPapiers face à Branchez-Vous ! et prenait sans contredit beaucoup d’espace. De plus, les revenus publicitaires n’étaient pas au rendez-vous (ce qui n’a rien à voir avec Branchez-Vous !), et nous croyons qu’il est peut-être temps d’imaginer un nouveau modèle publicitaire. Notre association avec Branchez-Vous ! se voit réduite un peu, mais nous sommes à planifier une nouvelle forme d’échange dont nous vous expliquerons les termes sous peu.

Nous n’en sommes qu’à l’état de réflexion (et nous vous invitons grandement à y participer), mais nous songeons à instaurer un système de publicité “communautaire” qui permettrait aux participants de CentPapiers d’installer leurs bannières sur le site, selon certaines conditions. Nous garderions peut-être un petit espace publicitaire afin de payer les coûts d’opération (plutôt bas).

De fait, la redistribution des revenus s’est avérée un exercice complexe pour le peu de revenus engendrés. Nous croyons qu’il s’agit toujours d’une bonne idée et n’excluons pas de réinstaurer un tel système dans un avenir où le volume des visites serait suffisant.

D’autre part, nous aimerions mettre en place une interface technique qui permettrait aux membres de choisir les articles à publier. L’idée est d’injecter un peu plus de démocratie dans le processus, et d’alléger la tâche d’éditeur qui peut être parfois plutôt lourde.

En plus de quelques petites rénovations, nos objectifs à court terme sont donc de mettre en place un système publicitaire communautaire ainsi qu’un outil pour permettre aux membres de juger des articles à publier. D’ici là, n’hésitez pas à nous faire pas de vos commentaires, à nous faire des suggestions… ou à nous proposer vos services.

J’ajouterais que je trouve CentPapiers plus beau “avec pas” de jaune. La nouvelle bannière de Branchez-Vous est moins pire, mais je ne suis pas sûr si les deux teintes de bleu auraient été en harmonie.

Ce que j’aime beaucoup sur les internets, ce sont les commentaires un peu débiles que suscitent certains textes.

Au début de 2006, j’écrivais un court billet sur Roger Drolet, un type passé maître dans l’art de dire aux autres quoi penser en leur faisant croire le contraire. Le billet est populaire dans Google, et je reçois régulièrement des commentaires, dont celui-ci ce matin, qui a été envoyé directement à l’adresse de CentPapiers :

“plus que vous riez de m drolet plus vous reculez.il a tout a fais raison
reveillez vous espece de quebecois en pente libre dans le noir!!!”

“Québécois en pente libre dans le noir”, avouez que c’est chien.

Comme l’expliquait Philippe, c’est souvent le terme “journaliste” qui pose problème lorsqu’il est question de “journalisme citoyen”. Le fait que les journalistes professionnels butent sur ce point me décourage, pour la simple et bonne raison que personne ne prétend vouloir les remplacer, et personne ne se prétend journaliste. Personnellement, ça ne me dérangerait pas d’appeler ça “quelqu’un qui écrit des affaires”, si ça permettait de passer à autre chose.

Mais en lisant ce matin Seth Godin, gourou du marketing, je me suis dit que c’était peut-être l’autre terme, “citoyen”, qui posait problème :

“Citizen recognized the power of this individual. Citizens are no longer the weak, isolated pre-consumers in front of a TV set in 1971, with few options. Now, citizens appear to be holding all the cards. It sounds a bit pretentious, but then, so do most terms marketers use.”

Possiblement que le citoyen, du point de vue du journaliste, reste encore un simple consommateur d’information et qu’on ne réalise pas encore le changement qui prend forme. Peut-être que cette logique de marché doit être revue pour qu’on accepte qu’un nobody puisse poser un acte journalistique.

inouille

Il y a de cela bien longtemps, dans les années 2004, les amis et moi nous amusions à dire des niaiseries sur notre “blogue collectif” (mettons) inouille.com. Au départ, nous voulions appeler ça “Internouille”, mais le .com était déjà pris.

Un peu nostalgique, nous avons décidé de repartir la patente, mais en utilisant la “plateforme” de CentPapiers. inouille ressuscite donc sous forme de média citoyen pas utile. Au menu : potins, humour, chroniques, politique, citations, vidéos, tout ce que vous voulez.

Dans le meilleur des mondes, la patente servirait à financer le moindrement les activités de CentPapiers. Dans le pire des mondes, on se fait poursuivre pour avoir mis des photos de Britney Spears en petite tenue.

Le site était prêt depuis belle lurette, mais nous n’avions pas eu le temps de préparer le lancement. Monsieur Dumais est tombé sur un obscur commentaire fait sur le blogue de Julien Brault la semaine dernière à ce sujet, et en a profité pour en parler sur MédiaBiz. Pas le choix de procéder, donc. Alors voilà, inouille.com.

P.S.: J’avais choisi de belles couleurs kitsch, mais les personnes sondées n’aimaient pas, alors c’est maintenant plus… hmmm… classique.

Semble-t-il que Getty Image écume l’autoroute de l’information pour trouver les pas fins qui utilisent ses photographies sans autorisation. Raison de plus pour continuer d’utiliser des photos sous licence Creative Commons, dénichées sur Flickr, comme nous le faisons sur CentPapiers.

On trouve généralement chaussure à notre pied assez rapidement.

Y’en a qui sont rendus plus loin que nous dans leur réflexion. En Corée du Sud, OhMyNews vient d’ouvrir une école de journalisme citoyen.

“There are journalism 101 classes and writing workshops, as well as courses in photojournalism and video news gathering. There are also advanced classes in interviewing and Internet journalism workshops for college students. There is even a “re-education” program for professional journalists and special writing and business classes for media executives and managers, publicists of non-governmental organizations, and corporate managers.”

Ça devrait donner une population assez impliquée. En attendant que l’on ne transforme le cégep du Vieux Montréal en école de journalisme citoyen, vous pouvez lire ce document sur le journalisme 2.0. Je ne l’ai pas lu, mais ça semble bien.