Depuis ce week-end, j’ai l’impression que La Presse est en entier un hommage à Jean Pelletier (et un peu une revue à potin autour de Vincent Lecavalier).