Archives pour web

Ah, tiens, le Trente présente un screenshot de Nuouz dans un article sur les digg-likes. C’est Stéphane qui va être content. On dit en marge que Nuouz est un équivalent québécois à Newsvine, ce qui est un peu boîteux comme comparaison, il me semble…

Et il est expliqué dans le texte que “C’est cette façon de procéder qui est à la base de sites comme Newsvine et Digg, mais aussi Reddit et Nuouz, un site québécois qui peine toutefois à décoller”. C’est Stéphane qui sera pas si content.

J’avais dans un onglet depuis hier matin une étude de Forrester sur la participation dans les médias sociaux qui traînait, parce que je voulais vous en mentionner l’existence. Mais si Marc Snyder et Michel Leblanc en font déjà mention, à quoi ça sert ? J’ai simplement fermé l’onglet.

De toute façon, je suis déjà assez empêtré dans les multiples échelles de la participation citoyenne à cause de mon mémoire que ça risque de me mêler.

Je participais mardi au Rendez-vous jeunes citoyens 2007 où je présentais Cent Papiers à des jeunes du secondaire. Au cours du même événement, Michel Dumais tenait kiosque et tentait de conscientiser les jeunes au fait que ce qu’ils déposaient sur la grande autoroute de l’information pourrait un jour avoir des répercussions.

J’ai personnellement eu quelques petits problèmes après avoir publié des trucs pas très gentils sur un chroniqueur techno, dans mon jeune temps (il y a deux ans, genre). En tous les cas, voici un petit vidéo piqué chez Michel Leblanc qui pourrait donner à réfléchir à nos ados hyper-branchés:

Qui est où ?

23 February 2007 — 1 commentaire

Je cherche un calendrier des déplacements des chefs et autres candidats. Ce n’est pas très précis sur leurs sites respectifs, pas plus que sur les sites des différents médias. J’aimerais bien assister à quelques événements…

Ils pourraient pas offrir un calendrier dans un format lisible par Google Calendar, iCal, etc. ?

Quand on a pas un sou

6 February 2007 — 1 commentaire

Dans une entrevue à NetEco, Carlo Revelli, co-fondateur d’Agoravox, explique que ce dernier a nécessité de gros investissements et devrait être rentable bientôt:

“Nous devrions atteindre l’équilibre courant 2007. Le lancement et la promotion d’AgoraVox ont nécessité plusieurs centaines de KE d’investissement en terme de masse salariale, d’infrastructure technique et de promotion. L’objectif initial était ad’atteindre l’équilibre sous 24 mois.”

Selon M. Revelli, pour atteindre le succès, il faut investir:

“Comme je viens de vous dire, pour lancer un journal citoyen d’envergure il faut des investissements importants. Si on ne veut pas que l’aventure s’arrête en cours de route, il est indispensable de trouver des sources de revenus pour équilibrer les comptes.”

Cent Papiers a fait le pari de ne pas se lancer dans une promotion organisée (bon, nous n’avons pas un sou) et de plutôt miser sur le bouche à oreille. La réalisation du site n’a demandé rien de plus que du temps pour la recherche et la programmation (c’est un bien grand mot).

Malgré cela, les succès vont en augmentant: 142 rédacteurs inscrits et 1500 visites par jour. Je ne suis pas certain qu’avec des moyens financiers, la stratégie eut été différente. Probablement qu’il y aurait lieu d’optimiser le site et de favoriser son référencement au sein de moteurs de recherche. Peut-être aussi que quelqu’un assigné à faire la promotion de Cent Papiers aiderait à faire connaître la patente, surtout que l’actuel responsable des communications branle dans le manche du haut de son poste parisien. N’empêche qu’il y a moyen de faire tout ça sans trop mettre d’argent, et c’est peut-être le prix à payer pour ne pas être obligé d’afficher de la publicité…

Quelques textes intéressants sur les médias et les médias citoyens glânés par-ci par-là aujourd’hui:

Si l’on considère aussi l’arrivée de Politico, un nouveau journal en ligne constitué de certains grands noms du journalisme étatsunien, il y a des raisons d’être envieux.

Le déplacement à long terme de Cent Papiers vers un modèle plus restrictif qui privilégie un journalisme participatif de qualité n’est pas à exclure, quitte à prévoir un système de rétribution pour une base de journalistes “semi-professionels”. Continuons d’u réfléchir…

Il y a un engouement certain pour le phénomène Second Life par les temps qui courent. J’en connais peu sur le sujet, mais certains y voit l’avenir du Web (bon, ça ne s’appelera peut-être plus “Web”) et suggèrent que les entreprises devraient y installer leur pénates. Ils ont probablement raison.

N’empêche qu’après avoir lu quelques textes dans un magazine (Le Monde 2) où l’on décrivait les activités de certains usagers extrêmes de Second Life et d’autres “jeux” de cet acabit, j’ai un peu la chienne de ce qu’il adviendra de ces accrocs de SL (comme disent les intimes) à mesure que la popularité du service augmentera. Certains des adeptes de cet univers imaginaire y consacrent un nombre incroyable d’heures, et l’on constate qu’il est facile de se réfugier sous une identité virtuelle pour échapper à la réalité (c’est sûrement le cas aussi pour les blogues et autres “médias sociaux”).

Je mène une vie parfaitement heureuse, et suis un peu inquiet d’avoir l’impression que je pourrais rapidement m’accrocher à un machin comme Second Life.

Mise à jour: Tiens, une parodie de Seconde Life, Get a First Life

Ce matin en lisant par mégarde la section “Sports” de Canoë via Netvibes, je suis tombé sur cet article intitulé “Fini le party !”:

Fini le party !

J’ai été un peu surpris de la chose, parce que l’article, daté d’aujourd’hui, traitait du premier entraînement de Bob Gainey derrière le banc du Canadien… il y a un an. L’article faisait même la une de la section “Sports” du site:

Fini le party !

Drôle de bug, qui a maintenant été corrigé.

Dans le même ordre d’idées, Pierre Trudel citait hier le Sportnographe dans La Presse, pour la deuxième fois. Un article facile pour lui, une publicité facile pour nous… ça me semble une belle entente.

Les Français commencent à l’avoir pas mal en termes d’utilisation efficace de l’autoroute de l’information. Le site Politique2.fr est un observatoire ajustable de la campagne électorale française qu’il serait sans doute pertinent d’imiter de par chez nous.

À voir: Politique2.fr – Actualités et débats politiques liés aux éléctions présidentielles sur une page

Une étude du professeur Piers Steel de l’Université de Calgary conclut que la procrastination augmente au sein de la société et qu’elle rend les gens “plus pauvres, plus gros et malheureux”, rapporte l’AP.

Selon l’auteur de l’étude, en 1978, seuls 5% des États-Uniens se disait “procrastineur chronique”, un taux qui est maintenant passé à 26%. M. Steel, qui a par ailleurs terminé son étude cinq ans en retard, estime que le PNB des États-Unis pourrait augmenter de 50 milliards de dollars si on interdisait l’utilisation du courrier électronique.

En voilà un avec qui Lucien Bouchard s’entendrait bien.

Dans le même ordre d’idées, le désormais célèbre site des Têtes à claques vient d’être banni par le conseil scolaire d’Ottawa. On invoque dans ce cas-ci l’impertinence des vidéos, mais on peut penser que le temps perdu à visionner ces clips à l’école ou au boulot pèse dans la balance. Il en va de même du temps consacré à YouTube et ses émules, qui sont loin d’être garants d’un contenu de qualité, comme l’explique Michel Leblanc.

Parions que les filtres utilisés par les entreprises pour bloquer l’accès à certains sites se feront dans l’avenir beaucoup plus restrictifs.

Via: Smart Mobs: Procrastination a growing trend: Diversions like electronics at work, home are to blame, study shows