Courrielleur : pratique

J’ai fais l’expérience cette semaine du service Courrielleur, de The Code Kitchen, pour l’envoi massif de courriels. Très pratique ce joujou.

Il permet de gérer une liste de diffusion, de planifier des campagnes d’envois, et d’obtenir des statistiques sur qui ouvre les courriels et qui clique sur les liens inclus dans ces courriels. L’interface est simple et efficace, et Courrielleur (pas sûr que c’est un beau nom par contre) fait tout en son pouvoir pour ne pas devenir une plateforme de pourriel ou de polluriel (ça dépend si vous les considérez comme de la pourriture ou de la pollution).

Semble-t-il que le courriel reste encore la tactique marketing la plus rentable selon les experts du milieu…

4 réflexions au sujet de « Courrielleur : pratique »

  1. Le nom reflète son usage et notre identité québecoise. Courriel est employé au Québec et le suffixe -eur “forme des noms d’agents, de métiers, d’appareils et de machines”. J’adore ce nom, même s’il n’est pas optimisé pour un marché mondial, ni pour un référencement naturel optimal, il reflète que c est un produit québécois et son usage.

    Merci pour ton enthousiasme à propos de notre outil. Sans rancune pour le nom!

  2. Oui, je sais que l’usage du mot courriel est unique au Québec, donc très heureuse qu’on l’utilise pour un produit québécois. Je connais aussi le suffixe -eur. Mais ensemble, c’est pas top. J’imagine par ailleurs que ce n’est pas évident du tout de trouver un nom sensé et unique…

    Prenons Goudaille, par exemple… 😉

Répondre à labelleariane Annuler la réponse.