Le Sportnographe dans La Presse

Aujourd’hui, le Sportnographe fait l’objet d’un texte dans la Presse dans le cadre d’une série d’articles sur la fièvre du hockey à Montréal. La journaliste Émilie Côté nous avait contacté hier matin pour discuter de la chose.

“Il existe plusieurs sites et blogues de hockey québécois sur le web. Mais il y a un mouton noir qui refuse de donner dans la rectitude sportive.”

Maintenant que le slogan est (presque) disponible, on pourrait dire : “Le Sportnographe, le mouton noir des médias sportifs”.

Bizarrement, la journaliste nous a parlé de rumeurs voulant que de vrais journalistes oeuvrassent (c’est Antidote qui me suggère cette conjugaison) sous le couvert de l’anonymat au sein du Sportnographe. On ne sait trop où elle a pris cela, mais semblait très intéressée à savoir s’il s’agissait de quelqu’un de la Presse, et si par hasard ce ne serait pas Pierre Trudel. En tous les cas, dans l’article, ce n’était plus présenté comme des rumeurs, et ont apprend que lesdits journalistes seraient au nombre de trois. Eh bin.

“Ses acolytes et lui ne snobent pas le hockey. Au contraire. Ils sont de grands fans du CH. Parmi leurs collaborateurs, on retrouve même trois journalistes de «grands médias» qui signent (aussi) leurs textes avec de faux noms.”

Sinon, ce qu’il faut noter de cet article publié en page A5, c’est que la Cyberpresse ne maîtrise toujours pas la technologie de l’hyperlien, et que le Sportnographe a volé la vedette au Fanatique.ca de ce cher Émile. Mouahaha.

Quand on y pense, le Sportnographe a eu pas mal de visibilité médiatique :

  • Nicolas Langelier en a parlé dans la Presse
  • Reportage de cinq minutes à “Au-dessus de la mêlée” à la télé de Radio-Canada (le serveur saute)
  • Article dans le Journal de Montréal sous la plume de Dominic Arpin
  • Trois fois cité par Pierre Trudel dans la Presse
  • Apparition à Macadam Tribu à trois reprises
  • Cité à “Tout le monde en parle” à la télé de Radio-Canada (le serveur saute)
  • Deux courts textes dans le Droit d’Ottawa

Il y a aussi Jean Dion qui nous a écrit pour nous dire qu’il nous considérait comme ses enfants, ce qui est pas mal ce qui nous a fait le plus chaud au coeur dans tout ça.

Et qu’est-ce que ça donne, finalement, “tout ça” ? Hmmm… un succès d’estime ?

Commentaires

Emile dit :

Je savais pas pour le courriel de Jean Dion.
Le Chapeau est de mise!

Francois Coutu dit :

Imaginez le succès qu’aurait le Sportnographe si Vladimir Tanguay était toujours au poste!

Laisser un commentaire