Bolsonaro: Un candidat sympathique à la présidence du Brésil

C’est aujourd’hui, en dépit de (ou grâce à) ce parcours entaché de polémiques que Bolsonaro se voit aujourd’hui propulsé aux portes de la présidence.

À une chanteuse afro-brésilienne populaire, le candidat a dit que « ses fils ne couraient pas le risque d’avoir des relations avec une Noire parce qu’ils sont bien éduqués et ne traînent pas dans des milieux lamentables comme les siens ». À Maria Roséane, collègue députée de Rio, Bolsonaro a lancé « qu’elle ne mérite pas qu’il la viole » avant de lui envoyer des « va donc pleurer » devant les journalistes déconcertés.

L’homophobie avouée de Bolsonaro est bien documentée. Adepte de la thérapie de conversion, il enchaîne depuis des années les propos attestant que l’homosexualité est une corruption de l’éducation ou encore un manque de « correction corporelle à l’enfance ». L’homosexualité est selon lui alimentée par la consommation de drogue et une conséquence de l’exil des femmes du foyer vers le marché du travail. Père de cinq enfants, il a affirmé préférer « les voir mourir dans un accident de voiture plutôt que de les savoir gais ».

Via: plus.lapresse.ca/screens/bd4acedc-d0cf-4c5c-906e-2c15d2dbe262|_0.html

Laisser un commentaire