36139e_c152ce29793556879f4df970ae775cdf

Chronique (pseudo) scientifique telle que diffusée à La soirée est (encore) jeune du 12 mars 2016.

Plusieurs nouvelles sur les robots dans l’actualité récemment.

Le Georgia institute of Technology a développé un système d’intelligence artificielle appelé Quichotte qui peut lire et comprendre une histoire pour apprendre comment agir devant un dilemme éthique.

Peut-être justement qu’en lisant Don Quichotte, un robot fera de meilleurs choix éthiques que le présumé lobbyiste Jean Charest qui lui, a L’art de la guerre de Sun Tzu comme livre de chevet.

Peut-être que Jean Charest devrait lire Don Quichotte d’ailleurs. Il serait encore meilleur pour se battre contre les éoliennes et pour les pipelines.

Par contre, le Devoir s’est récemment demandé ce qui allait arriver quand les robots allaient tout faire à notre place.

Parce que selon les chercheurs de l’université Cornell, d’ici 2020, les machines intelligentes se seront entièrement fondues dans nos sociétés. Elles vont prendre des décisions à notre place et nous vivrons en symbiose avec elle.

Même que selon la société américaine de technologie Narrative Science, dans quinze ans, 90% des articles de journaux seront écrits par des robots.

Y’a déjà quelques journaux qui publient des textes sur le sport ou la finance rédigés par des robots.

Heureusement, ils ne prévoient remplacer les chroniqueurs par des robots. On en a déjà en masse, des chroniqueurs qui sont programmés pour dire toujours ce que leur propriétaire veut entendre.

D’ailleurs, on fait trop confiance aux robots. Selon une étude de la Georgia Institute of Technology (encore eux), on fait plus confiance aux robots qu’à nos propres instincts.

Pour une expérience, dans une situation d’urgence, la plupart des gens ont suivi les indications d’un robot qui leur disait de fuir dans une direction, même si leur instinct leur disait d’aller dans l’autre direction.

Ils ont même refait le test en disant que le robot était défectueux et les gens trustaient quand même plus le robot que leur instinct et finissaient par aller se pitcher dans le feu.

De là l’expression “agir comme un robot de Panurge”.

D’ailleurs, d’ici 2037, les moutons, seront remplacés par des robots et nous pourrons acheter des chandails de laine d’acier.

Il va nous falloir un robot qui a lu Isaac Asimov pour nous avertir qu’il ne faut pas toujours faire confiance aux robots.

Enfin, un ordinateur de Google, AlphaGo qui vient de battre le champion du monde du jeu de Go.

C’est un jeu qui a beaucoup beaucoup de positions possibles. 1,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000 possibilités, pour être précis.

Lee Se-Dol (c’est le champion du monde de Go) était plutôt confiant, mais il s’est fait planter dans les trois premiers matchs d’une série 5. Il a abandonné alors qu’il restait encore 28 minutes au premier match.

AlphaGo en a profité pour continuer sa lecture d’À la recherche du temps perdu.

Selon les chercheurs, une partie du succès de Donald Trump, candidat à la chefferie du Parti républicain aux États-Unis serait dû à la limpidité de ses propos.

Une certaine catégorie d’individus serait en effet très inconfortable avec l’ambiguïté et préférerait se faire dire des choses offensantes et négatives qui sont très claires plutôt que des affirmations positives, mais nuancées.

C’est ce que les psychologues appellent l’intolérance à l’ambiguïté. Beaucoup moins à la mode que l’intolérance au gluten, mais beaucoup plus répandu si l’on se fie à la popularité de Trump, qui ne donne pas sa place lorsque vient le temps de dire des choses offensantes.

Cela expliquerait peut-être pourquoi la nuance est en voie de disparition chez les politiciens, mais aussi dans nos médias qui laissent de plus en plus de place à des chroniqueurs qui abusent du CAPS LOCK.

Bizarrement, si la nuance perd du terrain, ceux qui disent des choses qui ne veulent rien dire continuent de tirer leur épingle du jeu.

Ne venons-nous pas, au Canada d’élire le politicien le plus vague au monde en la personne de Justin Trudeau? Il y a eu la vague Trudeau. Nous avons maintenant “le” vague Trudeau. Même lorsqu’on fait abstraction de la syntaxe déficiente de ses phrases, il est difficile de saisir l’essence de ses propos.

Le premier ministre utilise souvent les mots “vision”, “monde meilleur” et “prochaines générations” pour parler du Canada. Ça sonne bien, mais ça ne fait pas des enfants forts.

justin-trudeau-changements

C’est bien beau de vouloir devenir le “plusse” meilleur pays, mais il faut un plan. Quelque chose de concret. Pas juste des esquisses.

justin-trudeau-canada

De même, Pierre-Karl Péladeau, qui n’est pas particulièrement subtil, ne donne pas sa place en matière de phrases difficiles à suivre. Il a particulièrement abusé de pléonasmes pour défendre son utilisation (ou pas) de paradis fiscaux.

Comme la fois où Pierre Arcand lui a demandé s’il avait demandé à Québécor de ne pas faire d’évitement fiscal.

pkp-paradis

Au chapitre du vide intersidéral, la ministre Francine Charbonneau (oui oui, elle est encore ministre), ne donne pas sa place.

Ses phrases sont souvent harmonieuses, mais vides.

Charbonneau_Francine-capable

Elle dit tout et son contraire, mais personne ne s’en rend compte tellement elle est ambiguë.

Charbonneau_Francine-repete

Malgré tout, nous avons élu ces personnes.

Peut-être que la catégorie d’individus qui sont séduits par la rhétorique d’un Donald Trump qui mise sur la limpidité plutôt que sur la nuance est moins présente au nord de la frontière américaine. Peut-être est-ce seulement que le Canada est en retard sur les États-Unis en matière de populisme.

Dans tous les cas, entre les phrases énigmatiques et creuses et les phrases clairement offensantes, personne n’en sort gagnant.

PKP Karaté

3 November 2015 — Laisser un commentaire

pkp-karate

Jean Lapierre, expliquant comment prendre une photo de passeport.

lapierre-passeport
dumont-ecureuil

Capture d’écran 2015-04-21 à 16.14.25

L’État de Washington songe à transformer d’anciens bateaux de guerre, des portes-avions de la guerre du Vietnam, en pont à péage.

Un représentant de l’État croit qu’aligner trois porte-avions serait parfait, ou encore deux porte-avions avec un pont pour les relier au centre.

Une option qu’on n’a jamais envisagée pour le pont Champlain. À la place de faire un pont avec des bateaux, on a engagé SNC-Lavalin qui va nous monter un beau grand bateau.

leia

Une nouvelle loi vient d’être passée qui limite le droit de manifester et prévoit des amendes importantes pour tout rassemblement non autorisé… en Espagne.

Pour protester contre cette loi, un collectif d’associations a organisé une manifestation d’hologrammes.

“Cette protestation d’un nouveau genre a eu lieu vendredi 10 avril 2015, à Madrid, en face du Parlement. Elle a été préparée de longue date puisque tous ceux qui voulaient y participer avaient la possibilité via un site internet, Hologrammas por la libertad, d’enregistrer un message sonore ou une vidéo grâce à la webcam. Les sons étaient diffusés pendant la manifestation et les images ont été transformées afin d’être projetées sous la forme d’hologrammes.”

C’est une belle percée pour les activistes de salon qui pensent faire leur part à likant un statut d’Anarchopanda sur Facebook ou en signant une pétition que personne ne va lire.

On ne sait pas si les policiers sont allés bûcher les hologrammes parce qu’ils n’avaient pas donné leur tracé IP.

legault
legault

Capture d’écran 2014-03-04 à 15.02.02

Radio-Canada au Saguenay rapportait ceci, hier, à propos de la dernière séance du conseil municipal de Saguenay:

Deux femmes voilées ont interpellé Jean Tremblay concernant les piscines publiques. Elles aimeraient profiter des installations, mais pour ce faire, elles doivent revêtir un burkini. Après plusieurs appels à la ville pour savoir si elles avaient l’autorisation de le faire, ces dernières n’ont reçu aucune réponse.

Le premier magistrat a semblé un peu déstabilisé après quoi, il leur a dit que c’est la première fois en 65 ans qu’il voyait une femme voilée à Saguenay. Et qu’il n’ouvrirait pas une piscine publique uniquement pour elles et qu’elles étaient les premières femmes voilées qu’il voyait à Saguenay. Il a refusé de commenté davantage.

Jean Tremblay était à Radio X Saguenay pour en parler et Dominic Maurais rapportait ses propos ce matin:

“Je sais pas d’où y’arrivent, si y’arrivent du Maroc là, y’en a encore des avions qui retournent au Maroc. Ça existe ça.”

On écoute:

C’est chic.

À La guerre des clans, sur V Télé.

P.S.: Si ça peut vous rassurer, personne n’avait donné cette réponse.