Tension linguistique

Très beau spectacle de Beirut, hier, à la Sala Rossa. Ça rend encore plus heureux quand un chanteur, l’étatsunien Zach Condon dans ce cas-ci, s’avère parler un français relativement bon, et se force pour le faire.

Reste qu’il suffit qu’une [insérez un mot pas fin] crie « Speak english ! » et s’engueule avec un type qui lui explique qu’on est à Montréal et qu’il peut bien parler la langue de son choix, pour me faire oublier le spectacle pendant, hmmm, trois morceaux au moins.

J’aurais eu envie de lui dire que c’est entre autres à cause de ce genre d’attitude imbécile que l’idée d’indépendance subsiste, et que si les anglos étaient le moindrement opportunistes, ils arriveraient sans doute à en convaincre plus d’un de rester dans un Canada-uni-bilingue-d’un-océan-à-l’autre.

Sur une note plus joyeuse, voici un vidéoclip de Beirut :

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

Dernières publications

RSS Le Sportnographe

RSS Le club des mal cités

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.