Le jour où quelqu’un a voulu acheter CentPapiers

2 October 2008 — 5 commentaires

L’hiver dernier, une entreprise a tenté d’acheter CentPapiers.

Nous n’en avons jamais parlé pour ne pas créer de remous, mais maintenant que la poussière est retombée, pourquoi pas.

Nous ne pouvons évidemment pas divulguer l’identité de l’acheteur potentiel, mais on peut dire qu’il s’agissait d’une “startup” montréalaise qui avait levé beaucoup de fonds, en Europe, principalement.

Après examen de leurs états financiers, leurs prévisions, et parce qu’on ne croyait pas vraiment en leur produit, nous avons décidé de ne pas embarquer dans l’aventure. Ça nous aura quand même donné un bon mois de stress et de tergiversations, et nous aura permis de constater que nous ne sommes pas vraiment des hommes d’affaires. Heureusement, nous sommes très bien entourés.

Il reste qu’un an plus tard, nous sommes très contents de notre décision. C’est pas mal tout ce que j’ai à dire là-dessus. Ça fait du bien d’en parler.

Commentaires

commentaires

oniquet

Billets Twitter Facebook Google+

Chroniqueur, concepteur et gestionnaire de communauté pour La soirée est (encore) jeune à la radio de Radio-Canada. Fondateur et éditeur du Sportnographe. Urbaniste.

5 commentaires to Le jour où quelqu’un a voulu acheter CentPapiers

  1. “nous ne sommes pas vraiment des hommes d’affaires”?

    En êtes vous certains? parce qu’un bon mois de stress et de tergiversation pour finalement dire non, je trouve que c’est un excellent réflexe d’hommes d’affaires.

    Les meilleurs hommes d’affaires sont ceux qui n’en sont pas!

  2. Peut-être… mais on a surtout de bons conseillers au sein de notre famille !

  3. Merci! Merci!

  4. Juste pour te dire que dans mon cours “Journalisme et société”, on doit faire un travail sur le journalisme citoyen et autre sujet qui servira à collaborer au site projetj.ca

    Tout ça pour te dire que centpapier se retrouve dans nos notes de cours comme référence.

Leave a Reply