La limpidité de Trump, l’ambiguïté de Trudeau

Selon les chercheurs, une partie du succès de Donald Trump, candidat à la chefferie du Parti républicain aux États-Unis serait dû à la limpidité de ses propos.

Une certaine catégorie d’individus serait en effet très inconfortable avec l’ambiguïté et préférerait se faire dire des choses offensantes et négatives qui sont très claires plutôt que des affirmations positives, mais nuancées.

C’est ce que les psychologues appellent l’intolérance à l’ambiguïté. Beaucoup moins à la mode que l’intolérance au gluten, mais beaucoup plus répandu si l’on se fie à la popularité de Trump, qui ne donne pas sa place lorsque vient le temps de dire des choses offensantes.

Cela expliquerait peut-être pourquoi la nuance est en voie de disparition chez les politiciens, mais aussi dans nos médias qui laissent de plus en plus de place à des chroniqueurs qui abusent du CAPS LOCK.

Bizarrement, si la nuance perd du terrain, ceux qui disent des choses qui ne veulent rien dire continuent de tirer leur épingle du jeu.

Ne venons-nous pas, au Canada d’élire le politicien le plus vague au monde en la personne de Justin Trudeau? Il y a eu la vague Trudeau. Nous avons maintenant « le » vague Trudeau. Même lorsqu’on fait abstraction de la syntaxe déficiente de ses phrases, il est difficile de saisir l’essence de ses propos.

Le premier ministre utilise souvent les mots « vision », « monde meilleur » et « prochaines générations » pour parler du Canada. Ça sonne bien, mais ça ne fait pas des enfants forts.

justin-trudeau-changements

C’est bien beau de vouloir devenir le « plusse » meilleur pays, mais il faut un plan. Quelque chose de concret. Pas juste des esquisses.

justin-trudeau-canada

De même, Pierre-Karl Péladeau, qui n’est pas particulièrement subtil, ne donne pas sa place en matière de phrases difficiles à suivre. Il a particulièrement abusé de pléonasmes pour défendre son utilisation (ou pas) de paradis fiscaux.

Comme la fois où Pierre Arcand lui a demandé s’il avait demandé à Québécor de ne pas faire d’évitement fiscal.

pkp-paradis

Au chapitre du vide intersidéral, la ministre Francine Charbonneau (oui oui, elle est encore ministre), ne donne pas sa place.

Ses phrases sont souvent harmonieuses, mais vides.

Charbonneau_Francine-capable

Elle dit tout et son contraire, mais personne ne s’en rend compte tellement elle est ambiguë.

Charbonneau_Francine-repete

Malgré tout, nous avons élu ces personnes.

Peut-être que la catégorie d’individus qui sont séduits par la rhétorique d’un Donald Trump qui mise sur la limpidité plutôt que sur la nuance est moins présente au nord de la frontière américaine. Peut-être est-ce seulement que le Canada est en retard sur les États-Unis en matière de populisme.

Dans tous les cas, entre les phrases énigmatiques et creuses et les phrases clairement offensantes, personne n’en sort gagnant.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

RSS Le Sportnographe

  • Denis Gauthier, qui cuisine
    Faut que tu battes deux des trois équipes en avant de toi. Ça devient extrêmement difficile. J’pense que les patates vont être cuites.
  • Gilbert Delorme, qui vide son sac
    – Mais le gars qui joue quatre, le gars qui joue quatre cinq minutes là, pis dans le char en rentrant à maison. – Y’a moppe, y’a le feu au cul, là c’est souvent la femme, c’est souvent la blonde qui mange la garluche parce que tsé le gars il se vide le sac dans […]
  • Michel Bergeron, qui met la table
    Mais la table était ouverte pour que le Canadien gagne ce match-là.
  • La Mauricie, cette province du Canada
  • Michel Bergeron, qui a du pif
    Moi j’adore le tennis, d’ailleurs, j’adore les sports individuels parce que faut que tu gagnes. Faut toujours que tu gagnes. Pis la jeune Andreescu, elle m’impressionne. Elle a du chien dans le nez. C’est toute une joueuse.

RSS Le club des mal cités

  • Simon-Pierre Landry, chroniqueur santé
    Mais c’est vraiment des cas où on a beau chercher, on a beau donner des médicaments, y se passe rien. Le décès est vraiment comme fatal finalement.
  • Dominic Maurais, à propos des humeurs du climat
    – J’veux juste vous dire que le changement climatique existe, il va toujours exister. Juste pour que le monde y pense pas qu’on essaie de dire que le changement climatique est pas vrai. – Comme les humeurs de l’humain. Un humain qui n’a pas d’humeur, ça n’existe pas. Des fois on est d’humeur changeante, des […]
  • Ken Pereira, à propos des écolos
    Ils veulent enlever, comme t’as fait ta chronique, la liberté d’expression pour passer leur agenda. Et ça c’est le plus gros danger. Laissez le monde parler et laissez le monde écouter et laisse le monde faire leurs propres études et pas se faire influencer.
  • Ken Pereira, qui démasque les écolos
    Là on fait peur à travers l’écologie. On déteste l’humain. On veut l’extinction de l’être humain.
  • Michel Hébert, qui ne peut plus jouir de la vie à cause des écolos
    L’essentiel de mon texte, c’était un peu pour amoindrir le climat de grande tristesse qui plombe le Québec depuis un certain temps. On dirait que jouir de la vie, c’est devenu presque interdit.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.