Le steak

Aujourd’hui, Patrick Lagacé nous parle de « steak électoral« :

Mais malgré ce dévouement des militants, le steak électoral du Parti québécois est constamment grugé depuis 20 ans, exception faite d’une hausse de sept points lors de l’élection de 2008.

Pourquoi ce steak électoral péquiste est-il constamment grugé ?

La Coalition avenir Québec (CAQ) – dirigée par un ancien péquiste ! – le gruge. Québec solidaire aussi. Pendant ce temps, le steak électoral du Parti libéral du Québec, lui, reste de la même taille : petite chute de 2,88 % entre 1994 et 2014.

Bizarrement, le steak comme métaphore semble être à la mode par les temps qui courent. Son ex-collègue des Franc-tireurs, Richard Martineau, expliquait son travail ainsi, il y a quelques semaines:

« Chroniqueur, c’est la sauce piquante, la sauce pimentée qu’on met sur le steak. Le steak étant la nouvelle. Le steak étant la grosse job faite par des journalistes d’enquête qui travaillent d’arrache-pied et souvent dans l’anonymat pour sortir des grosses nouvelles. Moi tout ce que je fais, c’est que je met ma p’tite sauce sur la nouvelle pour lui donner un peu de piquant. »

Reste juste à voir si le PQ sera tenté de rehausser le goût de son steak en adoptant la sauce Martineau…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Le club des mal cités

Pierre-Luc Coulombe, devant un dilemme

Pierre-Luc Coulombe, devant un dilemme

Souvent, on pense en politique qu’il y a deux façons de gagner. Il y a, genre, on peut soit être élu ou soit ne pas l’être. Moi, c’est vraiment pas ma conception des choses en politique.

Suzanne Blais, qui invente un nouveau drink

Suzanne Blais, qui invente un nouveau drink

Mon deuxième, un look un peu plus estival que j’aime beaucoup: les ananas. Regardez comment il est rafraîchissant. Un petit pinot colada.

Mélanie Joly, qui expose sa pensée

Mélanie Joly, qui expose sa pensée

J’pense que le tourisme, souvent, on peut penser que c’est un ministère qui n’a pas la force économique qu’on peut penser, mais faut pas le voir comme une arrière-pensée.

Le club des mal cités

Pierre-Luc Coulombe, devant un dilemme

Pierre-Luc Coulombe, devant un dilemme

Souvent, on pense en politique qu’il y a deux façons de gagner. Il y a, genre, on peut soit être élu ou soit ne pas l’être. Moi, c’est vraiment pas ma conception des choses en politique.

Suzanne Blais, qui invente un nouveau drink

Suzanne Blais, qui invente un nouveau drink

Mon deuxième, un look un peu plus estival que j’aime beaucoup: les ananas. Regardez comment il est rafraîchissant. Un petit pinot colada.

Mélanie Joly, qui expose sa pensée

Mélanie Joly, qui expose sa pensée

J’pense que le tourisme, souvent, on peut penser que c’est un ministère qui n’a pas la force économique qu’on peut penser, mais faut pas le voir comme une arrière-pensée.

Impossible de recevoir des informations à propos de ce blog en ce moment.