Un peu intense, le « coup de griffe » de Jean-Marc Beaudoin dans Le Nouvelliste:

Il faudrait peut-être former un commando chargé d’aller placer des charges explosives sous tous les ponts qui donnent accès à l’île de Montréal. Pour ne plus permettre à certains de ses habitants de quitter leur île, mais surtout à une grande partie de sa prétentieuse intelligentsia de garder pour elle ses «lumières».

À la limite, à défaut de faire sauter tous les ponts, au risque de faire d’innocentes victimes, on pourrait se satisfaire d’au moins voir s’écrouler les ponts Le Gardeur et Charles-de Gaulle. La rive sud, qui s’est déjà bien défendue contre Colborne, prendra les mesures qui lui conviennent si elle veut se mettre à l’abri des assauts coloniaux des «grands esprits» montréalais, du Plateau et de ses environs.

Des actes terroristes, vous dites? Pour la forme, bien sûr. Il n’est pas question de passer à l’acte. Sauf qu’il faudra bien à un certain moment trouver une parade à l’hégémonie montréalaise que veulent imposer leurs bien-pensants sur la façon dont on devrait réfléchir et vivre au-delà de leurs rives.

La suite ici: On sort les lassos.

Mais vaut peut-être mieux lire Paul Journet à ce sujet: Ceci n’est plus une tondeuse.