Maxime Bernier et l’alt-right

Maxime Bernier attire de drôle de gens.

Some observers believe Bernier’s pivot to anti-immigration politics was prompted less by any ideological commitment than by a political calculation.


“Bernier is essentially a libertarian, except that he knows that if you say you’re a libertarian you get about half a per cent of the votes, so he has to find legitimacy elsewhere,” said Quebec-based conservative pundit Jeff Plante. “It’s normal that the conservative movement would attract the anti-mass-immigration vote in the country. The problem is that Bernier isn’t legit in this. He has no past in it. It’s like he’s throwing ideas around to see what sticks.”


But if he is using identity politics to expand the constituency for the libertarian ideas he has long touted, he is playing a dangerous game, says Daniel Béland, director of the McGill Institute for the Study of Canada.


“[Bernier] would be aware that this kind of rhetoric could attract people who listen to some of the Hitler rhetoric [and] who are associated with the far right. It’s hard to imagine that he would be unaware of the ramifications of these comments,” Beland said. “Simply saying he’s against racism while at the same time attracting these people is … problematic and might turn against him over the next few months if it gets out of control.”

https://www.thestar.com/politics/federal/2019/02/08/maxime-berniers-alt-right-problem.html

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

RSS Le Sportnographe

  • Denis Gauthier, qui cuisine
    Faut que tu battes deux des trois équipes en avant de toi. Ça devient extrêmement difficile. J’pense que les patates vont être cuites.
  • Gilbert Delorme, qui vide son sac
    – Mais le gars qui joue quatre, le gars qui joue quatre cinq minutes là, pis dans le char en rentrant à maison. – Y’a moppe, y’a le feu au cul, là c’est souvent la femme, c’est souvent la blonde qui mange la garluche parce que tsé le gars il se vide le sac dans […]
  • Michel Bergeron, qui met la table
    Mais la table était ouverte pour que le Canadien gagne ce match-là.
  • La Mauricie, cette province du Canada
  • Michel Bergeron, qui a du pif
    Moi j’adore le tennis, d’ailleurs, j’adore les sports individuels parce que faut que tu gagnes. Faut toujours que tu gagnes. Pis la jeune Andreescu, elle m’impressionne. Elle a du chien dans le nez. C’est toute une joueuse.

RSS Le club des mal cités

  • Simon-Pierre Landry, chroniqueur santé
    Mais c’est vraiment des cas où on a beau chercher, on a beau donner des médicaments, y se passe rien. Le décès est vraiment comme fatal finalement.
  • Dominic Maurais, à propos des humeurs du climat
    – J’veux juste vous dire que le changement climatique existe, il va toujours exister. Juste pour que le monde y pense pas qu’on essaie de dire que le changement climatique est pas vrai. – Comme les humeurs de l’humain. Un humain qui n’a pas d’humeur, ça n’existe pas. Des fois on est d’humeur changeante, des […]
  • Ken Pereira, à propos des écolos
    Ils veulent enlever, comme t’as fait ta chronique, la liberté d’expression pour passer leur agenda. Et ça c’est le plus gros danger. Laissez le monde parler et laissez le monde écouter et laisse le monde faire leurs propres études et pas se faire influencer.
  • Ken Pereira, qui démasque les écolos
    Là on fait peur à travers l’écologie. On déteste l’humain. On veut l’extinction de l’être humain.
  • Michel Hébert, qui ne peut plus jouir de la vie à cause des écolos
    L’essentiel de mon texte, c’était un peu pour amoindrir le climat de grande tristesse qui plombe le Québec depuis un certain temps. On dirait que jouir de la vie, c’est devenu presque interdit.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.