Le Canada, 6e économie la plus « libre » du monde

Capture d’écran 2014-01-15 à 16.02.20

Il y a quelques semaines, dans le cadre de ma chronique à « La soirée est (encore) jeune« , j’avais diffusé un extrait de Vincent Geloso de l’Institut économique de Montréal qui expliquait que les économies plus « libres » se remettaient plus rapidement d’un désastre naturel:

Les pays qui s’en sortent mieux sont soit des pays qui sont développés, soit qui sont très libres économiquement. Le meilleur exemple a été fourni en 2010 quand t’avais eu un gros tremblement de terre en Haïti. Haïti, c’est sur la même île que la République dominicaine. La République Dominicaine, ça avait pris quelque jours s’en remettre parce que y’avait plus de facilité de partir une business, d’avoir un permis de construction.

Je suis prêt à admettre que les barrières à l’entreprenariat puissent nuire à la reconstruction (je ne m’y connais pas assez pour juger de la chose), mais il me semble que dans ce cas-ci, d’autres facteurs ont pu faire en sorte que la « reconstruction » de la République dominicaine se soit faite plus rapidement.

Je dis ça comme ça, mais le fait que l’épicentre du tremblement de terre était situé près de Port-au-Prince et le fait qu’Haïti est un pays pauvre en mautadit ont peut-être influencé la vitesse de la reconstruction. Un peu plus que le délai nécessaire à obtenir un permis de construction, en tout cas.

Je suis plutôt pour qu’il soit facile pour un entrepreneur de se partir en affaire, mais cette comparaison ne constitue pas un argument en faveur du retrait des barrières à l’entrepreunariat. On peut sûrement trouver mieux.

Tout ça pour dire que le classement des pays les plus libres économiquement, réalisé par la Heritage Foundation, un think tank conservateur, vient d’être mis à jour et que le Canada se trouve au 6e rang.

Si les « enverdeurs » et autres « environnementeurs » ont raison, on va pouvoir se reconstruire vite vite. Fiou.

Jean Tremblay et la pénétration

140865-maire-saguenay-jean-tremblayJ’ai utilisé cet extrait dans ma chronique à La soirée est (encore) jeune, mais je pense que ça vaut la peine de le partager avec le monde entier.

Jean Tremblay, maire de Saguenay, qui nous parle de l’acte sexuel à Radio-Canada (merci à Philôme La France pour le tuyau):

C’est merveilleux l’acte sexuel, que deux êtres humains qui se pénètrent… le mot, la pénétration, c’est tellement significatif. R’garde quand on mange par exemple, tu vas prendre une pomme. Plus est belle, plus tu veux la manger… plus c’est beau, plus tu veux la manger. C’est la même chose pour l’eucharistie, tu veux mettre Dieu dans toi, c’est ça, l’air faut qu’à pénètre… si y’a rien qui pénètre dans toi, tu meurs.

AJOUT: Pour ceux que ça intéresse, l’extrait est tiré d’une entrevue qu’a accordée Jean Tremblay à Radio-Canada au Saguenay.

Le vortex de l’analyse des changements climatiques

Capture d’écran 2014-01-09 à 10.07.38

Il est commun chez certains chroniqueurs de tirer des conclusions sur les changements climatiques après une journée de temps froid ou de chaleur intense. Richard Martineau racontait en mai dernier à LCN:

J’avais une discussion l’autre jour avec ma fille de 14 ans, y faisait froid pis j’y disais: regarde le réchauffement de la planète là, la planète se réchauffe pas…

C’était une semaine après ces déclarations de Jérôme Landry de Radio X:

J’espère que ceux qui pensent qu’y’a un réchauffement climatique ce matin vont se fermer la boite pour 24 heures pis se faire geler tout seul. Y fait deux à matin chers amis qui nous parlez du réchauffement climatique.

Éric Duhaime (et d’autres) en remettaient cette semaine suite au fameux vortex polaire.

Évidemment, on ne peut analyser les changements climatiques en regard de la météo du jour et ces gens le savent sans doute (c’est ce qui est triste). À ce sujet, il vaut la peine d’écouter cette belle discussion entre Sylvain Bouchard de Cogeco et Patrick Bonin de Greenpeace. La science vs les « j’pense que » et les « selon moi ».

Heureusement, nous ne sommes pas les seuls à avoir des commentateurs de l’actualité qui font la guerre aux « environnementeurs » et aux « enverdeurs« . Le Daily Show de Jon Stewart a fait un pas pire segment là-dessus cette semaine (dommage, ça ne s’embed pas ces vidéos-là).

Quand on se compare, on se console… mais pas tant que ça.