Archives pour mario dumont

dumont-ecureuil

BgDJgwfCYAEqMRW

Il y a deux semaines, Mario Dumont nous expliquait au 98,5FM que l’économie, c’est comme les bateaux sur l’eau.

“Tsé quand le niveau d’eau monte sur le fleuve, ça monte toute les bateaux, les petits bateaux comme les paquebots. Si tu lèves le niveau du fleuve d’un pied, tu montes tout le monde, c’est vrai aussi pour l’économie.”

C’est un peu la théorie du ruissellement (trickle down) qui dit que “les revenus des individus les plus riches sont in fine réinjectés dans l’économie, soit par le biais de leur consommation, soit par celui de l’investissement (notamment via l’épargne), contribuant ainsi, directement ou indirectement, à l’activité économique générale et à l’emploi dans le reste de la société.”

Hier, je suis tombé par hasard sur la caricature ci-haut qui fitte bien avec l’idée de Mario Dumont. Des fois, quand les exemples sont trop simples, ils sont aussi simples à caricaturer.

mario-recoit-lauteur-du-livre-dans-lantre-de-norbou_scruberthumbnail_1Fin octobre, Arlette Cousture et Marie Laberge annoncent qu’elles vont diffuser leurs oeuvres uniquement sur internet, sans passer par l’intermédiaire d’un éditeur (ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose).

Mario Dumont y va toutefois d’une comparaison alimentaire:

C’est comme si une pizzeria attaquait le monde dans une cour de centre d’achat si dans leur panier y’ont de la pâte à pizza, du pepperoni pis du fromage pis y disent, nous on la fait nous-mêmes la pizza ce soir, et que la pizzeria dirait, non non non, moi je suis un intermédiaire dans la fabrication de la pizza et passez par moi.

Livre et pizza, même combat.

Mais on ne peut pas réduire le livre qu’à la pizza. Parce que le livre, c’est aussi un peu comme du thé, comme l’a expliqué Dumont suite à l’annonce du PQ au sujet du prix du livre.

Soit dit en passant, moi la dernière fois que je suis allé à la librairie j’ai acheté du thé… mais si l’épicerie fine chez nous sur la rive sud, part en guerre contre les librairies et demande au ministre de l’Agriculture: “eille comme ministre vous devez me protéger parce que l’écoeurant de libraire y’est rendu qui vend aussi du thé, pis moi le thé, c’est mon marché pis Dumont a acheté son thé chez le libraire pis moi j’ai perdu une vente de cinq piasses de thé…”

En complément: le livre et les rideaux de douche.

dumont-patates

Mario Dumont explique que dans le Nord, il devra se contenter de manger à la cafétéria qui utilise la même cuillère pour les patates pilées et la viande en sauce. Vidéo originale ici.

Selon l’épouse de Mario Dumont, il est excellent pour bullshiter :

«Il est très moqueur avec les gens. Tellement des fois qu’il peut faire accroire à quelqu’un [par exemple] qu’il a vu un film. Il va parler d’un film et dire “oui je l’ai vu” et en parler pendant huit minutes et la personne sera convaincue qu’il a vu le film. Mais en vérité, il n’a jamais vu ce film-là! C’est juste qu’il dit des choses, des généralités. Il est très moqueur comme ça. Il essaie toujours de surprendre les gens.»

On devrait être impressionné ?

Via Mots et maux de la politique – Mario est bon pour «faire accroire» des choses: c’est Marie-Claude qui le dit!.

Voilà qui est rassurant.

La déclaration du chef adéquiste coïncide avec le lancement de la campagne annuelle de l’animateur vedette de Fox News, Bill O’Reilly, contre les athées, multiculturalistes et autres faux américains qui voudraient faire disparaître le mot Noël. Dans le cadre de cette campagne, O’Reilly distribue des auto-collants proclamant We Say Merry Christmas. Ne me demandez pas à quoi riment les fleurs de lys qui encadrent le message. Qui sait? Il s’agit peut-être d’une expression de solidarité envers Mario Dumont…

Source :Richard Hétu.

Mario Dumont trouve que les internets, ça ne sert pas à grand chose, alors qu’Obama s’en est servi d’une main de maître :

“Lorsque Le Devoir a questionné M. Dumont sur les blogues, celui-ci a répété ce qu’il avait dit il y a un an, c’est-à-dire qu’il s’y publie un peu n’importe quoi et que, dans une campagne électorale, il vaut mieux être sur le terrain que dans le cyberespace. «On peut perdre pas mal de temps avec ça. Moi, un candidat qui me dit qu’il va bloguer, je n’y crois pas tellement.»”

Bon, d’accord, il a peut-être certaines autres dissemblances avec Obama…

Maintenant qu’il est disponible, je verrais bien Mario Dumont engager Joe le plombier. Il me semble que ce serait son genre.

Considérant que ledit Joe est passé de plombier entrepreneur, à ni vraiment plombier ni entrepreneur, jusqu’à héros américain, en passant par écrivain et chanteur, on peut supposer qu’il apprendrait rapidement les rouages de la politique québécoise.

Remarquez que Dumont, qui se réclame de Barack Obama (ouf!), pourrait se trouver un substitut, genre “François le réparateur de vitre de chars”. Ah non, François le réparateur de vitre de chars est déjà député de l’ADQ…

MISE À JOUR : Yves Williams parle aussi de Joe le plombier.