goudaille

Comme dans "good eye Denis".

Tag: médias (page 2 of 12)

La fondation Agoravox

Agoravox se transforme en fondation. Ça fait quelques temps que c’est annoncé, mais cet article du site Écrans de Libération explique bien la patente :

“Participatif, le site rassemble plusieurs milliers de contributeurs ; ils le font, donc cela leur appartient. Il fallait une cohérence avec notre modèle de journalisme participatif. De plus, nous souhaitons protéger son indépendance et le mettre à l’abri des collusions.”

On y apprend quelques trucs intéressants :

  • Agoravox a été valorisé, au moment de la présidentielle et du pic d’engouement pour le Web 2.0, entre 10 et 15 millions d’euros;
  • Agoravox a audience qui varie entre 800 000 et 1 million de visites par mois;
  • La publicité rapporte entre 20 000 et 30 000 euros mensuels.

Malgré cela, Agoravox prend le chemin très noble du “mécénat de l’information”, et nous allons suivre avec intérêt ce qui se passe avec nos amis Français…

Quelques changements sur CentPapiers

Publié sur le blogue de CentPapiers :

Vous aurez peut-être constaté que CentPapiers n’arbore plus la bannière de Branchez-Vous ! en en-tête. C’est que notre entente avec Branchez-Vous ! tire à sa fin et que nous avons décidé d’adapter notre collaboration afin qu’elle reflète mieux nos besoins respectifs.

Bien que ce partenariat nous ait apporté une belle visibilité, la bannière portait à confusion sur le statut de CentPapiers face à Branchez-Vous ! et prenait sans contredit beaucoup d’espace. De plus, les revenus publicitaires n’étaient pas au rendez-vous (ce qui n’a rien à voir avec Branchez-Vous !), et nous croyons qu’il est peut-être temps d’imaginer un nouveau modèle publicitaire. Notre association avec Branchez-Vous ! se voit réduite un peu, mais nous sommes à planifier une nouvelle forme d’échange dont nous vous expliquerons les termes sous peu.

Nous n’en sommes qu’à l’état de réflexion (et nous vous invitons grandement à y participer), mais nous songeons à instaurer un système de publicité “communautaire” qui permettrait aux participants de CentPapiers d’installer leurs bannières sur le site, selon certaines conditions. Nous garderions peut-être un petit espace publicitaire afin de payer les coûts d’opération (plutôt bas).

De fait, la redistribution des revenus s’est avérée un exercice complexe pour le peu de revenus engendrés. Nous croyons qu’il s’agit toujours d’une bonne idée et n’excluons pas de réinstaurer un tel système dans un avenir où le volume des visites serait suffisant.

D’autre part, nous aimerions mettre en place une interface technique qui permettrait aux membres de choisir les articles à publier. L’idée est d’injecter un peu plus de démocratie dans le processus, et d’alléger la tâche d’éditeur qui peut être parfois plutôt lourde.

En plus de quelques petites rénovations, nos objectifs à court terme sont donc de mettre en place un système publicitaire communautaire ainsi qu’un outil pour permettre aux membres de juger des articles à publier. D’ici là, n’hésitez pas à nous faire pas de vos commentaires, à nous faire des suggestions… ou à nous proposer vos services.

J’ajouterais que je trouve CentPapiers plus beau “avec pas” de jaune. La nouvelle bannière de Branchez-Vous est moins pire, mais je ne suis pas sûr si les deux teintes de bleu auraient été en harmonie.

Un autre travail d’étudiants où il est question de CentPapiers

J’imagine que c’est assez positif quand des étudiants traitent de CentPapiers dans leurs travaux.

En avril dernier, un étudiant suisse nous contactait pour nous pointer son travail à propos de CentPapiers. Aujourd’hui, je constate par l’entremise de Projet J que des étudiants des HEC parlent à quelques reprises du site dans leur travail de recherche sur l’impact du numérique sur l’industrie de la presse.

Pas encore lu, mais je le ferai sûrement sous peu, en espérant qu’il n’y aura pas autant de fautes que cette phrase le laisse présager :

“Par contre, pour l’instante, à l’extérieur des sites de journalismes citoyens comme CentPapiers, ils sont très peu à le faire.”

Leur blogue a l’air plutôt intéressant… hop dans le Google Reader.

Cyberpresse commente sur le Sportnographe ?

Drôle de commentaire à ma dernière chronique du Sportnographe :

“Bonjour Yvan, intéressant comme article. Un de mes collègues François Gagnon, traite du même sujet que vous, il pourrait être un bon complément à votre article. http://blogues.cyberpresse.ca/gagnon/ ?p=70313523”

Et c’est rédigé par quelqu’un possédant une adresse @cyberpresse.ca (évidemment, ça peut être bidon).

Est-ce que Cyberpresse essaie d’être amie avec les “blogueurs” ?

Toutefois, comme me le fait remarquer Émile (si j’étais un blogueur d’affaire, je dirais “le copain Émile”), François Gagnon, lui, n’aime pas que l’ont mette des liens dans ses commentaires…

Koumbit perquisitionné à cause de CMAQ

Ainsi, Koumbit, un hébergeur en forme de coopérative, a vu ses locaux perquisitionnés après que CMAQ eu publié les textes des “anarchistes” qui s’amusent à brûler des voitures par les temps qui courent.

Le Réseau Koumbit a reçu le 18 mars vers 20h00 la visite d’enquêteurs (2) de la section des incendies criminels, accompagnés de deux agents de police et munis d’un mandat de perquisition. Ceci, suite à des revendications parues sur le site Web du Centre des Médias Alternatifs du Québec (CMAQ) hébergé sur les serveurs de Koumbit. Vu le risque de saisie de matériel de travailleurs, Koumbit a été contraint de fournir trois lignes de “logs” aux inspecteurs.

Je me demande d’abord si CentPapiers aurait publié de tels communiqués de revendication, et ensuite si mes collègues chez iWeb auraient trouvé drôle de voir débarquer les policiers pour effectuer une fouille corporelle à mon serveur. Je me réponds dans le deux cas : je ne pense pas.

Branchez-vous achète Émile

On apprend ce matin, mais on le savait déjà un peu, que Branchez-vous achète HumourQc et Fanatique.ca, et engage notre ami Émile.

On souhaite beaucoup de bonheur à Émile au sein d’une entreprise qui lui donnera les moyens de ses ambitions. On lui souhaite aussi pas trop de jaune et de mauve. On ne doute pas qu’il ait du plaisir avec Carl, qui aime d’ailleurs se tenir dans les gradins de Tout le monde en parle.

On attendra avec impatience la fin de la clause de non-concurrence d’Émile pour l’engager à la salle de rédaction du Sportnographe.

On se demande enfin pourquoi toutes les phrases de ce billet commencent par “on”.

Il faut donner un autre prix à La Presse

Il ne se passe plus une journée sans que le quotidien La Presse ne se vante d’avoir décroché un nouveau prix (design, journalisme, etc.).

Est-ce que quelqu’un pourrait leur offrir un prix pour le plus grand nombre de pages consacrées à la neige et au déneigement sur la plus longue période de temps, histoire qu’ils nous sacrent la paix avec ça ?

Couverture de la journée des transactions sur le Web

Dans le Pod’Casque hebdomadaire du Sportnographe, je parle un peu de la couverture de la date limite des transactions dans la LNH, sur le Web.

Ce matin, Pierre Trudel dresse un drôle de portrait de la situation, qui ne ressemble pas à celui fait par Canoe :

  • RDS : Trudel = 413 673 visiteurs uniques et 896 592 visites, et Canoe (à 15h) = 256 000 visites;
  • CKAC : Trudel = 41 000 visiteurs uniques et 67 900 visites, et Canoe (en fin d’après-midi) = 225 000 visites.

Disons que ça ne se ressemble pas une seconde. Évidemment, la (le ?) Web analytique n’est pas une science exacte, mais quand même. Quelqu’un, quelque part, ne sait pas lire les statistiques ou est mythomane sur les bords. Du côté des alternatives “indépendantes” :

  • Fanatique : 9000 visiteurs uniques;
  • Sportnographe : 1055 visiteurs uniques et 1800 visites (pas tellement plus que d’habitude).

Faut dire qu’on a planifié notre couverture en quelques trois minutes, et que si on avait mis un titre plus winner plutôt que de faire une blague avec le terme “Ligne” Nationale, ça aurait probablement été mieux référencé. Reste que 208 commentaires, c’est un record !

Le Sportnographe dans La Presse

Aujourd’hui, le Sportnographe fait l’objet d’un texte dans la Presse dans le cadre d’une série d’articles sur la fièvre du hockey à Montréal. La journaliste Émilie Côté nous avait contacté hier matin pour discuter de la chose.

“Il existe plusieurs sites et blogues de hockey québécois sur le web. Mais il y a un mouton noir qui refuse de donner dans la rectitude sportive.”

Maintenant que le slogan est (presque) disponible, on pourrait dire : “Le Sportnographe, le mouton noir des médias sportifs”.

Bizarrement, la journaliste nous a parlé de rumeurs voulant que de vrais journalistes oeuvrassent (c’est Antidote qui me suggère cette conjugaison) sous le couvert de l’anonymat au sein du Sportnographe. On ne sait trop où elle a pris cela, mais semblait très intéressée à savoir s’il s’agissait de quelqu’un de la Presse, et si par hasard ce ne serait pas Pierre Trudel. En tous les cas, dans l’article, ce n’était plus présenté comme des rumeurs, et ont apprend que lesdits journalistes seraient au nombre de trois. Eh bin.

“Ses acolytes et lui ne snobent pas le hockey. Au contraire. Ils sont de grands fans du CH. Parmi leurs collaborateurs, on retrouve même trois journalistes de «grands médias» qui signent (aussi) leurs textes avec de faux noms.”

Sinon, ce qu’il faut noter de cet article publié en page A5, c’est que la Cyberpresse ne maîtrise toujours pas la technologie de l’hyperlien, et que le Sportnographe a volé la vedette au Fanatique.ca de ce cher Émile. Mouahaha.

Quand on y pense, le Sportnographe a eu pas mal de visibilité médiatique :

  • Nicolas Langelier en a parlé dans la Presse
  • Reportage de cinq minutes à “Au-dessus de la mêlée” à la télé de Radio-Canada (le serveur saute)
  • Article dans le Journal de Montréal sous la plume de Dominic Arpin
  • Trois fois cité par Pierre Trudel dans la Presse
  • Apparition à Macadam Tribu à trois reprises
  • Cité à “Tout le monde en parle” à la télé de Radio-Canada (le serveur saute)
  • Deux courts textes dans le Droit d’Ottawa

Il y a aussi Jean Dion qui nous a écrit pour nous dire qu’il nous considérait comme ses enfants, ce qui est pas mal ce qui nous a fait le plus chaud au coeur dans tout ça.

Et qu’est-ce que ça donne, finalement, “tout ça” ? Hmmm… un succès d’estime ?

Le consommateur d’information

Comme l’expliquait Philippe, c’est souvent le terme “journaliste” qui pose problème lorsqu’il est question de “journalisme citoyen”. Le fait que les journalistes professionnels butent sur ce point me décourage, pour la simple et bonne raison que personne ne prétend vouloir les remplacer, et personne ne se prétend journaliste. Personnellement, ça ne me dérangerait pas d’appeler ça “quelqu’un qui écrit des affaires”, si ça permettait de passer à autre chose.

Mais en lisant ce matin Seth Godin, gourou du marketing, je me suis dit que c’était peut-être l’autre terme, “citoyen”, qui posait problème :

“Citizen recognized the power of this individual. Citizens are no longer the weak, isolated pre-consumers in front of a TV set in 1971, with few options. Now, citizens appear to be holding all the cards. It sounds a bit pretentious, but then, so do most terms marketers use.”

Possiblement que le citoyen, du point de vue du journaliste, reste encore un simple consommateur d’information et qu’on ne réalise pas encore le changement qui prend forme. Peut-être que cette logique de marché doit être revue pour qu’on accepte qu’un nobody puisse poser un acte journalistique.

Older posts Newer posts

© 2017 goudaille

Theme by Anders NorenUp ↑