Le tramway à Montréal ?

Comme ça, notre bon maire Gérald Tremblay vient de se réveiller. En déambulant avec son nouvel ami Bertrand Delanoë dans les rues de Paris, Tremblay s’estémerveillé devant le projet en cours d’implantation d’un tramway dans les rues de Paris. Personne n’avait pensé à le lui montrer en photo ?

Il faut dire que la plupart des grandes villes européennes et certaines villes états-uniennes commencent à réintroduire le tram dans leurs rues, un moyen efficace et peu polluant de transporter les personnes. Le tramway de Montréal s’est éteint en 1952 suite à cette quête effrénée de la modernité qui aura présidé à la naissance des structures urbaines les plus horrifiantes, et suite au lobbying puissant de l’industrie automobile. Malgré cela, le réseau de tramway aura structuré une bonne partie du développement urbain et périurbain (existait aussi le tramway de banlieue) de la métropole.

À Montréal, la qualité du transport collectif a beaucoup décliné au cours des dernières années, particulièrement depuis que John James Charest a placé ses petits amis à la tête de l’AMT (comme pour ce qui est de la SAQ). En plus, la dépendance exagérée des municipalités à l’impôt foncier introduit une lutte malsaine pour attirer les payeurs de taxes en leur sein, une lutte qui mine les possibilités de consensus autour d’une stratégie globale de transport. Tout ça pour dire qu’il ne se passe rien d’innovateur en transport dans la région métropolitaine, et que la qualité des services, principal déterminant du succès du transport collectif, en souffre.

Selon le bon Gérald, l’avenue du Parc aura son tramway d’ici quatre ans, au grand plaisir de Richard Bergeron, pourfendeur de l’automobile et chef du parti Projet Montréal, et à notre grand plaisir aussi. À quand une ligne sur De Lorimier ?

Laisser un commentaire