Accueil » monologue » De patrimoine et de haine raciale

De patrimoine et de haine raciale

Dans la dernière édition du magazine en ligne « Mir » réalisé par la maison « Les Intouchables », le polémiste Normand Lester, à l’instar d’André Pratte, plaide pour la sauvegarde de la Maison Lafontaine, mais pour des raisons différentes de l’éditorialiste en chef de La Presse.

Selon Lester, l’ancienne maison du premier ministre canadien Louis-Hypolite Lafontaine rappelle un des passages les plus noirs de l’histoire canadienne-française. En 1849, après que le gouvernement de Lafontaine eut décidé de dédommager des fermiers victimes des soldats britanniques, les Anglos montréalais pètent un peu les plombs :

« The Gazette, toujours à l’avant-garde quand il s’agit d’attiser la haine anticanadienne française, lance, selon l’historien américain Mason Wade, un appel au « soulèvement racial » :

« Anglo-Saxons, vous devez vivre pour l’avenir ; votre sang et votre race seront désormais votre loi suprême, si vous êtes vrais à vous-mêmes. Vous serez Anglais, dussiez-vous n’être plus Britanniques […].La foule doit s’assembler sur la Place d’armes ce soir à huit heures. AU COMBAT, C’EST LE MOMENT. »

L’appel à la violence raciale de The Gazette est entendu. Le soir même, ils sont de douze cents à cinq mille, suivant les comptes-rendus, à répondre aux exhortations du journal haineux. Les Anglais en colère s’enivrent tout en écoutant d’odieux orateurs dont le rédacteur en chef de The Gazette, James Moir Ferres, hurler leur mépris et cracher des injures contre les Canadiens français. »

Les émeutiers s’en vont ensuite foutre le feu au parlement et à sa bibliothèque, la plus importante du Canada : « Les Canadiens français, ce peuple d’illettrés, d’ignorants et d’incultes, avaient réussi à se constituer une des premières bibliothèques parlementaires du monde ». Dans les semaines qui suivirent, les crinqués tentèrent à quelques reprises d’attenter à la vie de Lafontaine, notamment en tirant quelques coups de feu en direction de la maison que l’on tente de sauver de la destruction.

Fait intéressant, un des pavillons de l’hôpital Douglas porte le nom d’un des incendiaires (Alfred Perry) du parlement. Comme le dit Lester, plusieurs éléments de la toponymie montréalaise rendent hommage à des personnes dont les exploits ne sont pas très glorieux. On peut penser à ce cher Amherst, pionnier de la guerre bactériologique, qui aurait envoyé des couvertures infectées aux Amérindiens pour les exterminer et dont une rue porte le nom… faudrait peut-être que ça se sache.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

RSS Le Sportnographe

  • Émission du 8 septembre 2020
    Piquette résume la série contre le Philadelphie Meilleur-Aucoin nous offre un autre tome de son petit guide t’autojambonisation Les détails de la loterie truquées de la LNH À écouter sur OhDio! L’article Émission du 8 septembre 2020 est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Alex Tanguay, propagandiste
    Ceux qui l’ont eu, ben probablement que ç’a été asymptomatique, pis que ça s’est pas propagendé. L’article Alex Tanguay, propagandiste est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Mario Tremblay, à propos de Max Domi
    Oublie ça, man. Moé, être sur le même trio que lui là, j’y casserais mon hockey sur la tête. Plusieurs fois. J’y dirais “Heille, sacréfice, dors-tu, chu là là, chu dans l’ouverture, j’ai une chance d’avoir une chance de marquer pis y vire de bord pis on sait pas ousse qu’y va. J’y casserais mon […]
  • Patrick Lalime, qui soulève des chapeaux
    Il a vraiment encaissé pour sa formation, Jake Evans, et on doit lui soulever notre chapeau. L’article Patrick Lalime, qui soulève des chapeaux est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Marc Bergevin, à propos de l’avenir
    On est beaucoup plus d’avant de ce qu’on était. On a vu des choses dans les derniers mois qui nous ont appris à voir ce qu’on espérait. L’article Marc Bergevin, à propos de l’avenir est apparu en premier sur Le Sportnographe.

RSS Le club des mal cités

  • Mario Dumont, à propos des reculs d’Horacio Arruda
    – Le Docteur Arruda là, tsé mettons, mettons moi la danse la ligne là, pas capable. Du tout là. Je pogne pas ça la danse en ligne. – Là tu vas tourner du mauvais bord, tu vas foncer dans quelqu’un. – Mettons que tu me l’expliques bien là, je vais peut-être être capable de faire […]
  • Stéphane Bédard, animal
    Monsieur Arruda, c’est vrai qu’au début, y’a fait le buzz. Mais le buzz, le problème, c’est que faut que tu sois pris au sérieux. Je pense qu’un moment donné, le sérieux à disparu. C’est devenu plutôt un animal d’animation et ça c’est pas bon quand t’es responsable de la santé publique. L’article Stéphane Bédard, animal […]
  • Gilles Proulx, qui n’a pas peur des dictatures
    On craint de sortir la matraque. Mais moi je comprends pas. Si tu te permets d’émettre des politiques de matraque et finalement tu défends ce qui est indéfendable par la suite, tu défends son contraire. Mais l’urgence est là, bâtard de bâtard! […] On a tellement peur du mot dictature, coercition, intervention, radicalisme, c’est tout […]
  • Doc Mailloux, qui cite Josée Legault
    Je cite. Écoutez bien ça. Une chose est sûre: la deuxième vague commandera un leadership politique de fef. Un leadership politique de fer. […] S’il-vous-plait! Leadership de fer, extrêmement autoritaire, c’est de la dictature! L’article Doc Mailloux, qui cite Josée Legault est apparu en premier sur Le club des mal cités.
  • Paul St-Pierre Plamondon, à propos de l’environnement
    Première chose, nous devons absolument faire notre indépendance et je ne comprends pas qu’en 2020, il y ait des environnementalistes qui se présentent à l’échelle fédérale, que ce soit pour le NPD ou le Parti libéral du Canada, c’est impossible d’être environnementaliste et d’être fédéraliste aujourd’hui, c’est à mon avis de la malhonnêteté intellectuelle tout […]

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.