Joyeuse Circoncision

Je suis un peu agacé par la “blague” de ce temps de fêtes qui consiste à évoquer le fait qu’on ne peut plus dire “Joyeux Noël” parce que c’est de faire référence à une fête religieuse. Maintenant que chaque animateur de télé ou de radio a dit “Joyeuses Fêtes parce que ça a l’air qu’on ne peut plus dire Joyeux Noël” (ou quelque chose comme ça), est-ce qu’on peut passer à autre chose ?

Justement, je suis en train de lire l’excellent premier tome de la trilogie de l’historien Marcel Trudel, “Mythes et réalités dans l’histoire du Québec“, et dans un texte où il est question de l’excès de pratique religieuse de nos ancêtres, l’auteur évoque le “temps des fêtes”:

Aux 52 [dimanches] de l’année, s’ajoutent les fêtes d’obligation: une bonne trentaine au XVIIIe siècle; certaines de ces fêtes recouvrent trois jours de suite: dimanche de Pâques, lundi de Pâques, mardi de Pâques; dimanche de la Pentecôte, lundi de la Pentecôte, mardi de la Pentecôte; en décembre, le jour de Noël (25 décembre), la Saint-Étienne (le 26) et la Saint-Jean (le 27), à quoi se rattachent la Circoncision (notre Jour de l’An) et les Rois (6 janvier) pour constituer ce qu’on appelle “le temps des Fêtes”; mais attention: “temps des Fêtes” religieuses; et rappelons que le jour des “étrennes” ou cadeaux n’est pas Noël, mais le Jour de l’An.” (p.297)

Vous voulez être original ? Souhaitez “Joyeuse Circoncision”.

Laisser un commentaire