Jean Dion sur la personnalité de l’année de Time

Jean Dion est un de mes chroniqueurs préférés. Généralement, il divague sur les sports, mais le week-end, il donne plutôt dans la réflexion hautement philosophique, offrant la parole à ses amis imaginaires.

Ce samedi, il fait monologuer “un gars” autour de la personnalité de l’année de Time Magazine: vous. Voici quelques extraits:

Ayant appris que le magazine Time avait nommé «Vous» comme personnalité de l’année, un gars a immédiatement ajouté la mention à son curriculum vitae.

«Voyez, c’est là. “Personnalité de l’année de Time 2006.” Bien sûr, vous allez dire que n’importe qui pourrait faire la même chose. C’est très sartrien, ça: un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui. Mais je pense que je mérite davantage le titre de personnalité de l’année que bien du monde parce que le “vous” en question désigne, sous couvert d’un nouveau contrôle populaire de l’information et des communications, les gens qui passent le plus clair de leur temps à perdre leur temps sur Internet, ce qui est moi tout craché», a annoncé le gars.

[…]

«Je ne connais pas cette publication, je ne l’ai jamais lue, je ne sais même pas de quoi vous parlez. Je n’ai pas de temps à perdre avec ça, j’ai trop de choses à faire en ligne, comme mettre à jour mon portrait dans MySpace. Mettre à jour les menteries que je diffuse à mon sujet, je veux dire. Que je suis une personne intéressante, par exemple, ou que j’ai des amis ou que j’ai un bon emploi ou que je fais plein de choses dans la vie.»

[…]

En fait, le gars a appris l’existence de Time en fréquentant un site de discussion, et les allusions à la personnalité de l’année de 1966 et à Sartre, il les a piquées à quelqu’un d’autre sur le site et les a copiées-collées pour avoir l’air smatte. Informé du fait qu’il se livrait ainsi à du plagiat, il a répondu qu’il ne savait pas de quoi on voulait parler et que cela n’existait pas sur Internet, où existe la liberté totale.

Le texte complet (sur abonnement): Bonne affaire de faite

Laisser un commentaire