La procrastination en hausse

Une étude du professeur Piers Steel de l’Université de Calgary conclut que la procrastination augmente au sein de la société et qu’elle rend les gens “plus pauvres, plus gros et malheureux”, rapporte l’AP.

Selon l’auteur de l’étude, en 1978, seuls 5% des États-Uniens se disait “procrastineur chronique”, un taux qui est maintenant passé à 26%. M. Steel, qui a par ailleurs terminé son étude cinq ans en retard, estime que le PNB des États-Unis pourrait augmenter de 50 milliards de dollars si on interdisait l’utilisation du courrier électronique.

En voilà un avec qui Lucien Bouchard s’entendrait bien.

Dans le même ordre d’idées, le désormais célèbre site des Têtes à claques vient d’être banni par le conseil scolaire d’Ottawa. On invoque dans ce cas-ci l’impertinence des vidéos, mais on peut penser que le temps perdu à visionner ces clips à l’école ou au boulot pèse dans la balance. Il en va de même du temps consacré à YouTube et ses émules, qui sont loin d’être garants d’un contenu de qualité, comme l’explique Michel Leblanc.

Parions que les filtres utilisés par les entreprises pour bloquer l’accès à certains sites se feront dans l’avenir beaucoup plus restrictifs.

Via: Smart Mobs: Procrastination a growing trend: Diversions like electronics at work, home are to blame, study shows

Laisser un commentaire