Ubuntu 6.10, la suite

Comme je le racontais récemment, je me suis décidé à passer sous Linux pas plus tard que la semaine dernière. J’ai choisi Ubuntu parce que c’est une des distributions les plus populaires de l’heure, et qu’elle est pas mal fine avec l’utilisateur (user-friendly). Probablement que Dominic “Red Hat” Duval m’aurait conseillé autre chose, mais un questionnaire en ligne a lu les lignes de ma main et m’a dirigé vers Ubuntu.

En tous les cas, je ne suis vraiment pas deçu. La convivialité et l’efficacité du système est surprenante. Je peux faire tout ce que je faisais sous Windows… mais mieux. Ubuntu permet d’installer une panoplie de logiciels très facilement. Et quand c’est moins facile, un gentil geek se sera donné la peine d’élaborer un tutoriel en ligne pour l’expliquer. Quelques petits coups de copier-coller dans le terminal et nous voilà en affaire. J’ai finalement réglé mon problème de plugin Flash en installant la version 32bits plutôt que 64bits.

Dommage que quelques pécadilles techniques empêche encore la masse de passer à Linux…

Laisser un commentaire