Territoires émergents

Comme je disais, je présentais aujourd’hui Cent Papiers au colloque «Territoires Émergents». Très belle expérience, même s’il y avait peu de gens (une quinzaine). C’était dans une très belle salle des Archives de la ville de Montréal.

J’ai tenté un Powerpoint à la semi-Lessig, mais je ne suis pas sûr que c’est efficace…

J’ai assisté à quelques autres conférences intéressantes. Hier, Jean-François Lachapelle présentait son projet «Comment-taire» (un jeu de mots pas très bon, à la «Cent Papiers», mais que voulez-vous), dont la démonstration était plutôt impressionnante. En gros:

»Mon projet est autant un documentaire vidéo qu’un exercice en dialogue médié par le web. Interviewés et internautes seront invités à répondre aux questions posées par l’intervieweur à propos du sujet suivant: les liens existants entre la chanson populaire, l’affirmation culturelle et la mobilisation politique.»

Concrètement, ça ressemble à de la vidéo commentée «live». L’administrateur peut annoter la vidéo et inscrire en aparté les points importants, les sujets, concepts dont on parle, et qui apparaissent au moment où on en parle. En cliquant sur ces notes dans la marge, on peut voir dans quels autres vidéos il est question de la même chose. De plus, l’auditeur peut commenter les vidéos selon des marqueurs pour donner un point de vue sur ce qu’il se dit à un moment précis. Bref, ce n’est pas évident à expliquer, mais ça m’apparaît bien fait. Le démo devrait être en ligne d’ici quelques mois si j’ai bien compris.

Ça pourrait sans doute être utilisé à d’autres fins que celles que vise le documentaire de Jean-François Lachapelle. Ça intéresserait peut-être certaines personnes qui jouent avec la vidéo, par exemple.

Sinon, ce matin, Patricia Bergeron de l’ONF présentait les résultats du très beau projet «Paroles Citoyennes». Patricia a un peu peur pour le financement de la chose, alors ça vaut la peine de faire connaître le site, qui ne l’est pas suffisamment selon moi.

Enfin, Michel Dumais nous a parlé, ou plutôt a discuté avec nous, de la pérennité de l’information et de l’identité numérique. Comment nous assurer de conserver d’une façon lisible l’information, et à l’inverse, qu’arrivera-t-il maintenant que toute notre vie est archivée en ligne ? Ça a donné quelques pistes permettant de comprendre pourquoi M. Dumais s’était installé un tout petit robot.txt en forme de paravent…

Laisser un commentaire