To hâve

Je suis à lire “La Compagnie” de Robert Littel (le père de l’autre). Le roman, qui s’appuie sur des événements historiques, retrace les boires et déboires de la CIA depuis 1950 jusqu’à 1995. Passionnant et enlevant.

Je ne m’attendais toutefois pas à y apprendre un nouveau mot, hâve: “maigre et pâle” selon Antidote.

C’est joli. C’est tout ce que j’avais à dire là-dessus.

2 réflexions au sujet de « To hâve »

Laisser un commentaire