Accueil » monologue » La lutte pour le patrimoine sur Internet

La lutte pour le patrimoine sur Internet

Un des facteurs important dont il faut tenir compte dans l’analyse de la participation citoyenne en ligne est l’affiliation des participants à des groupes de pression. Je suis tombé sur un article de Bérénice Waty qui parle un peu de leur présence sur le Web, dans le cas particulier du patrimoine. En voici un résumé et quelques réflexions.

Les luttes urbaines pour la protection du patrimoine bâti font jaser depuis longtemps. Les années 1960-1970 furent marquées, à Montréal entre autres, par de grands projets de “modernisation” mus par le désir de faire table rase du passé afin d’entrer de plain-pied dans l’ère du béton et d’un fonctionnalisme désincarné. Plusieurs groupes communautaires ont vu le jour afin de défendre leur environnement et le patrimoine montréalais. Si l’on reconnaît que le patrimoine est le fait de ceux qui le vivent bien plus que celui des experts, il n’est pas étonnant que le citoyen s’organise pour sauvegarder son milieu de vie. À l’ère de l’information, comment ces organisations utilisent-elles Internet pour mener à bien leur défense du patrimoine ?

C’est la question que s’est posée Bérénice Waty, doctorante en anthropologie, dans son article tiré de “Patrimoine et patrimonialisation : du Québec et d’ailleurs“. L’auteure s’est penchée sur quelques cas français pour réaliser son analyse. Comme elle l’explique d’entrée de jeu, aux acteurs traditionnels de la protection du patrimoine (experts, élus, population) se sont greffés des participants qui jouent un rôle de plus en plus important : les journalistes et les associations. Ces dernières, qui nous intéressent particulièrement, utilisent maintenant internet comme outil de connaissance et de propagande, selon les dires de Me. Waty.

Selon elle, les associations se servent du Web à diverses sauces. Il s’agit d’abord d’un moyen d’asseoir l’association, de se présenter aux autres. De là, certaines associations utilisent le Web comme plateforme de discussion afin d’échanger leurs idées et de planifier la contestation. Surtout, les associations y développent la coopération en tissant des liens avec d’autres groupes du même acabit en vue d’échanger de l’information ou de joindre leurs forces.

Cette présence en ligne permet à la fois aux associations d’atténuer l’effet NIMBY (pas dans ma cour) puisque la lutte n’est plus purement locale, mais internationale, et de s’affirmer comme porteuses de compétences et d’une maîtrise des dossiers dans tous ses aspects. Elles s’imposent sur le Web comme références en la matière. Il reste que pour Bérénice Waty, ces “sites Web ne remplacent en rien les actions de terrain entreprises, d’autant plus que les pages des sites s’en nourrissent”.

De plus, la glocalization, cette opposition entre actions locales et enjeux globaux, si elle permet d’aller au-delà du NIMBY, entraîne aussi “la perte de l’argument identitaire en tant que source de mobilisation”. Sur internet, les associations doivent faire correspondre leur message aux visiteurs délocalisés.

Considérant la popularité grandissante des réseaux sociaux comme Facebook, des blogues, des agrégateurs sociaux, du micro-bloguage, ou du microcrédit, on peut se demander si une analyse qui irait au-delà des sites Web de ces organisations ne serait pas plus pertinente. Les groupes communautaires ont en effet bien souvent peu de moyens pour mettre en place des sites efficaces qui permettent une collaboration dans la planification de l’action militante, mais surtout, qui bénéficient d’une visibilité suffisante pour faire effet. Ces acteurs peuvent toutefois miser sur le potentiel “viral” des réseaux sociaux pour propager l’information rapidement et à un plus grand nombre. Potentiellement, il devient possible d’alerter l’opinion publique grâce aux médias alternatifs ou traditionnels selon l’ampleur de la mobilisation.

Il existe de nombreux moyens d’utiliser ces réseaux pour engendrer des changements sociaux, et il fait peu de doute que les organisations de défense du patrimoine en viendront à les utiliser, si ce n’est pas déjà fait. Ce n’est pas autant dans leurs propres sites web que les militants exercent une influence, mais dans la multitude des sites qu’ils investissent.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

RSS Le Sportnographe

  • Émission du 6 mai 2020
    Piquette et les opportunités qu’offre la pandémie Meilleur-Aucoin découvre La poche bleue Mariette Langlois et le mini-putt Les frères Goyette Shayne Gagnon et la poutine Ashton À écouter sur OhDio! L’article Émission du 6 mai 2020 est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Félix Séguin, pancanadien
    Dernière défaite de Crosby avec le Canada, c’était en 2010 aux Jeux olympiques face au Canada. L’article Félix Séguin, pancanadien est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Patrick Lalime, observateur
    Ça revient à ce que François Allaire disait: la plupart des buts sont marqués sur la patinoire. L’article Patrick Lalime, observateur est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Patrick Lalime, qui digère
    Dans ton résumé, dans ton cv, c’est assez intéressant les buts gagnants, surtout que c’est un joueur qui semblait quand même assez facile à digérer. Euh à diriger! L’article Patrick Lalime, qui digère est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Félix Séguin, qui conduit avec sa bouche
    À ce moment-ci de la rencontre, les Canadiens avaient les choses en mains, avaient les deux mains sur le siège du conducteur et les Nordiques étaient en mode rattrapage. L’article Félix Séguin, qui conduit avec sa bouche est apparu en premier sur Le Sportnographe.

RSS Le club des mal cités

  • Ken Pereira, PHD de l’école de la vie
    Quand 500 docteurs dise ce que j’ai vue , démontre clairement l’expérience de la vie est Le vraie doctorat. L’article Ken Pereira, PHD de l’école de la vie est apparu en premier sur Le club des mal cités.
  • Maxime Bernier, à propos de l’ONU
    Y a-t-il une organisation plus crétine dans le monde que l’@ONU_fr? Ce ne sont pas les Nations unies mais plutôt les Crétins gauchistes unis. Pas étonnant que Trudeau soit si motivé à obtenir son siège au Conseil de sécurité. L’article Maxime Bernier, à propos de l’ONU est apparu en premier sur Le club des mal […]
  • Patrice Roy, qui se laisse aller
    La musique de @majorcath , une bière et pendant une heure fuck off le corona virus. L’article Patrice Roy, qui se laisse aller est apparu en premier sur Le club des mal cités.
  • Éric Duhaime, casqué
    Pourquoi le gouvernement devrait payer les masques aux usagers du transport en commun s’il les oblige à en porter? Le gouvernement oblige les motocyclistes à porter un casque et ce ne sont pas les CONtribuables qui paient pour! L’article Éric Duhaime, casqué est apparu en premier sur Le club des mal cités.
  • Éric Duhaime, obscurantiste
    98,6% des immigrants illégaux entrés au Canada durant la période critique de janvier-février-mars dernier l’on fait au Québec, soit 2992 au chemin Roxham versus 43 ailleurs au pays. Combien étaient porteurs du coronavirus? Est-ce que ça explique en partie pourquoi le Québec est plus durement frappé que les provinces voisines? La lumière doit être faite. […]

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.