Les technologies derrière le Sportnographe

Les gens ne me demandent jamais : “comment vous fonctionnez, communicationnellement parlant, au Sportnographe ?”. Peut-être parce que ça se dit mal “communicationnellement” ou juste parce que c’est pas intéressant. C’est pas grave, ça me tente de répondre pareil. Parce que je regarde aller les autres et je trouve qu’on utilise les internets de façon plutôt efficace pour communiquer et pour organiser notre travail.

Google Docs : c’est dans Google Docs que nous écrivons tous nos textes pour l’émission. Ça doit bien faire trois ans que je n’ai pas installé MS Word sur ma machine. Comme c’est triste. C’est d’autant plus utile que nous travaillons et retravaillons les textes sans cesse, et de façon collaborative. Avec Google Docs, nous voyons en direct les modifications des autres et nous pouvons faire des commentaires dans la marge. De plus, aucun arbre n’est maltraité pour le bien de notre émission puisque nous utilisons nos portables en studio.

Dropbox : chez Sportnographe Inc, on s’échange beaucoup de fichiers en forme de citations d’experts sportifs, ainsi que les extraits pour l’émission. Pour faciliter les choses, nous utilisons un même compte Dropbox installé sur chacun de nos ordinateurs, ce qui fait que nous avons la même banque de fichiers à portée de main. Avant d’utiliser Dropbox, nous utilisions notre serveur par l’entremise du FTP… Dropbox a changé nos vies.

WordPress : bien sûr, le Sportnographe roule sous WordPress, mais nous avons aussi un “blogue” interne pour nos tempêtes d’idées. On utilise le thème P2 qui est bien adapté à ce genre de travail. Auparavant, nous utilisions Google Wave, mais c’était plutôt inefficace et Google a récemment décidé de l’abolir.

Radioshift : ce petit logiciel de Rogue Amoeba nous permet d’enregistrer CKAC toute la journée afin de ne rien manquer en matière de choses pas d’allure. Bien que nous écoutons la plupart du temps les extraits découpés par CKAC sur leur site, Radioshift nous permet d’accéder aux moments qui ne s’y trouvent pas. C’est aussi ce qui me donne l’inestimable opportunité de partir le matin avec une bonne heure de Michel Langevin dans mon iPhone afin de mieux supporter le trajet de métro… ou vice-versa.

GTalk : très pratique puisque nous ne sommes pas toujours au même endroit, et que nous travaillons souvent le soir et la fin de semaine. Pratique aussi dans le bureau pour parler dans le dos d’un collègue. On se sert aussi parfois de la vidéoconférence plutôt que de se téléphoner.

Gmail : le courriel est une technologie… euh… pas besoin d’élaborer hein ?

Skype : au Sportnographe, le mardi est jour de répète. C’est aussi une journée où l’on reste chacun chez soi afin de finaliser les textes loin des distractions et de la caféteria de Radio-Canada. C’est pourquoi nous utilisons Skype pour répéter nos textes à plusieurs. Au début, nous utilisions iChat avec la vidéo et tout le tralala, mais c’était parfois un peu lent, et nous nous sommes rendus compte que l’image, on s’en foutait un peu… en plus que nous étions tannés de nous voir la face.

Voilà comment nous gérons nos communications synchrones et asynchrones ainsi que le flot de données sportivo-niaiseuses par l’entremise des internets.

Bien sûr, tout n’est pas parfait et il y a toujours quelques individus réfractaires au changement qui ne se virent pas sur un dix mégaoctets, mais au total, ça roule plutôt bien.

Si quelqu’un a de meilleures idées ou des suggestions, nous sommes très ouverts.

3 réflexions au sujet de « Les technologies derrière le Sportnographe »

Laisser un commentaire