Le biais gauchiste des médias

Dure fin de semaine pour les tenants de la théorie du biais gauchiste des médias.

D’abord, une étude dévoilée lors du congrès de la FPJQ démontre que les médias étaient pour la plupart en faveur du gouvernement pendant le conflit étudiant :

Le Devoir se révèle globalement plus orienté en faveur des étudiants contre la hausse. […] Selon l’étude du CEM Le Journal de Montréal, The Gazette et La Presse ont davantage publié d’articles et d’opinions défavorables aux grévistes.

Puis une étude d’Influence Communication commandée par Le Devoir nous apprend ce matin que Claude Poirier est le “médiacrate” qui obtient le plus d’exposure médiatique :

Sur une année, M. Poirier remplirait une étagère de bibliothèque. Les places suivantes du haut du palmarès, toujours en combinant les mots dits et écrits, sont occupées dans l’ordre par Mario Dumont (74 600 mots), Richard Martineau (69 100), Gérald Filion (51 100) et Jean Lapierre (44 400). La moyenne oscille autour de 33 000 mots/semaine, l’équivalent de 132 feuillets.

Ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler un panel de communistes. En plus que ces personnes se produisent sur des plateformes dont les “cotes d’écoute” sont les plus élevées.

Mais bon, peut-être est-ce encore une question de définition de ce qu’est la gauche. Comme l’expliquait Jeff Fillion la semaine dernière, « les gens qui se considèrent à droite à Montréal ne le savent pas, mais ils sont à gauche. »

Commentaires

Renaud Roy dit :

C’est tout?
Un peu court comme argumentaire! Ainsi, vu qu’une étude montrerait que les journalistes appuyaient en majorité le gouvernement pendant le conflit étudiant, et étant donné la popularité de Claude Poirier, on peux disqualifier le biais de gauche des médias québécois?
La question qui se pose ici: paresse intellectuelle ou aveuglement volontaire?

oniquet dit :

Je ne disqualifie rien. Les radios de droite nous répètent sans cesse à quel point nos médias sont biaisés. Ça me semble deux exemples qui démontrent que ce n’est pas tant le cas.

Quant à Claude Poirier, je ne sais pas si on peut dire qu’il est à droite. C’est plus aux successeurs dans le palmarès que je faisais allusion.

Laisser un commentaire