Pêche au saumon: les temps changent, mais pas vraiment

Les nouvelles initiatives du gouvernement en matière de pêche au saumon favorisent encore ceux qui sont déjà favorisés.

En 1899, ces clubs sont au nombre de 30. En 1941, on en dénombre un peu plus de 600. Au début des années 1960, à mesure que le sentiment démocratique croît, ces protectorats suscitent l’indignation générale. En 1965, plus de 2000 clubs privés sont répertoriés au Québec. On va en démanteler quelques centaines entre 1966 et 1970, essentiellement près des villages. Jusqu’en 1978, au moins 1200 lacs du Québec restent encore inaccessibles à la population. Plus de 37 000 kilomètres carrés de territoire demeurent soumis aux termes de cette féodalité. Mais cette année-là, le gouvernement Lévesque décide que ce régime d’aliénation a fait son temps.

Depuis, on croyait sottement tout cela bien révolu. Mais non.

Jean-François Nadeau, toujours pertinent: www.ledevoir.com/opinion/chroniques/527086/les-poissons

Laisser un commentaire