Accueil » oli-wood » John Wick 2

John Wick 2

Cette semaine, j’ai loué le film John Wick 2, qui malgré son nom, n’est pas le frère de Kim Jong 2.

John Wick qui est ici interprété par Keanu Reaves, un des acteurs les plus pas bon acteur de sa génération que vous avez sûrement apprécié dans le film Speed en 1994, l’histoire d’un autobus qui n’avait plus de freins.

Un film souvent cité par les détracteurs du Transport en commun à Québec.

On est dans un tout autre registre ici.

John Wick 2, c’est la suite de John Wick 1, qui racontait l’histoire d’un ancien tueur à gages qui reprend du service pour se venger d’un gars qui l’a agressé, a volé sa voiture et a tué le chien que lui avait offert son épouse récemment décédée.

Il aurait pu se ramasser à Denis Lévesque avec une histoire comme ça.

Mais à la place, ça l’a tellement mis de mauvaise humeur qu’il a décidé de tuer tout le monde.

John Wick 2, c’est totalement différent. Ça raconte l’histoire d’un ancien tueur à gages qui reprend du service pour se venger d’un gars qui a fait exploser sa maison où il habitait avec son épouse récemment décédée.

Encore une fois, il tue tout le monde.

Et quand je dis « tout le monde », c’est très exactement 128 personnes selon des statisticiens que j’ai consulté sur Google.

Quand même une belle amélioration, parce que dans le premier John Wick, il n’avait tué que 77 personnes.

Parmi les 128 personnes qui trouvent la mort dans John Wick 2, Monsieur Wick en tue 110 avec ses guns, 8 à mains nues, 3 avec son char et deux avec un crayon à mine.

La plume est plus forte que l’épée et le crayon à mine, des fois, est plus fort que la kalachnikov.

Alors il tue ces gens-là comme dans du beurre, comme si de rien n’était.

C’est un gars, sans émotion, sans expression.

Et c’était pas des ennemis facile à abattre. Parce que faut savoir que John Wick, il est membre d’une sorte de ligue d’assassins.

Un genre de club Kiwanis de tueurs à gages.

Et comme il s’est mis à dos un des leaders de ce club privé, c’est à dire le gars qui a fait sauter sa maison, bin il a tous les assassins de la planète qui lui courent après.

Alors il tue du monde à Rome, il tue du monde à New York.

Il tue des mafieux russes. Il tue une maniaque sourde et muette.

Et avant de les tuer, il communique avec eux en italien, en russe et il parle même le langage des signes sans problème. C’est un tueur polyglotte.

Il tue dans toutes les langues.

C’est un tueur éduqué donc, et je trouve que c’est un des messages positifs de ce film. Quand on poursuit des études on peut aller très loin dans la vie.

Mais ce qui fait le charme de ce film là, c’est qu’il a été tourné en parti à Montréal.

John Wick tue du monde sur la Ste-Catherine, à la place des arts et dans le métro.

Y’a un peu de nous dans ce carnage-là donc. Y’a de quoi être fier.

Et là, ça peut-être l’air débile comme film, mais faut savoir que ce sont de belles morts.

Les tueries de masse sont magnifiquement chorégraphiées.

On dirait de la danse contemporaine.

C’est comme un mélange de deuxième guerre mondiale et du film Dirty Dancing.

C’est une ode aux armes à feu, à la violence gratuite, à la vengeance.

Et pour ça, je donne 5 étoiles.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Pour recevoir une fois par semaine des citations comiques et autres nouvelles par courriel!

RSS Le Sportnographe

  • Georges Laraque, qui estime que les chiffres de la COVID sont gonflés
    – J’en vois passer beaucoup des affirmations comme ça sur ma page Facebook, mais c’est le frère de quelqu’un qui connaît la cousine de. Toi tu dis vraiment que c’est des gens qui sont capables de prouver qu’il y a eu un faux certificat de décès? – Oui oui, j’ai quelqu’un qui travaille au Best […]
  • Émission du 8 septembre 2020
    Piquette résume la série contre le Philadelphie Meilleur-Aucoin nous offre un autre tome de son petit guide t’autojambonisation Les détails de la loterie truquées de la LNH À écouter sur OhDio! L’article Émission du 8 septembre 2020 est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Alex Tanguay, propagandiste
    Ceux qui l’ont eu, ben probablement que ç’a été asymptomatique, pis que ça s’est pas propagendé. L’article Alex Tanguay, propagandiste est apparu en premier sur Le Sportnographe.
  • Mario Tremblay, à propos de Max Domi
    Oublie ça, man. Moé, être sur le même trio que lui là, j’y casserais mon hockey sur la tête. Plusieurs fois. J’y dirais “Heille, sacréfice, dors-tu, chu là là, chu dans l’ouverture, j’ai une chance d’avoir une chance de marquer pis y vire de bord pis on sait pas ousse qu’y va. J’y casserais mon […]
  • Patrick Lalime, qui soulève des chapeaux
    Il a vraiment encaissé pour sa formation, Jake Evans, et on doit lui soulever notre chapeau. L’article Patrick Lalime, qui soulève des chapeaux est apparu en premier sur Le Sportnographe.

RSS Le club des mal cités

  • Stéphan Dupont, à propos des juifs hassidiques
    – Mais c’est quoi ça? C’est un genre de fan club de l’acide? – Non non, c’est des juifs hassidiques, qui font une fête quelconque. – Ok, ç’a pas rapport avec l’acide? – Non non. – C’est religieux. – Ok, c’est une sorte, ok. – Des fois c’est proche. – Comment qu’il s’appelle leur Jésus […]
  • Gilles Proulx, rassurant
    Encore une fois,  ils savent fort bien qu’au Québec, y’ont affaire à une nation d’eunuqes, de bonasses. […] Depuis quand qu’un peuple bonasse peut être raciste? Un peuple conquis sur lequel on pile sur les pieds régulièrement, sans qu’il ne réagisse peut être raciste? L’article Gilles Proulx, rassurant est apparu en premier sur Le club […]
  • Jérôme Blanchet-Gravel, qui n’y va pas trop fort
    – Le multiculturalisme, c’est pas le métissage hein. C’est une forme de contre-apartheid. Tsé, c’est un peu la logique, c’est un peu ça la logique des réserves. Le multiculturalisme, c’est un peu des poches, des communautés culturelles qui restent seulement séparées et qui se mêlent pas beaucoup. – C’est ça. L’élévation d’un modèle en silo. […]
  • Lise Ravary, à propos du racisme systémique
    – À Montréal en tout cas, tu lis tous les éditoriaux, si t’admets pas qu’il y a du racisme systémique, tu peux rien faire. C’est la base de tout. – C’est pire, c’est pire qu’être raciste. – C’est ça. L’article Lise Ravary, à propos du racisme systémique est apparu en premier sur Le club des […]
  • Mathieu Bock-Côté, non-croyant
    – Moi comme je dis, la théorie du racisme systémique, c’est comme le bon Dieu. – Comme le bon Dieu? Voyons donc. – Laisse moi finir. Ceux qui la voient voient des manifestations partout, des preuves partout. Est-ce qu’il y a du racisme au Québec? Oui. Il doit être dénoncé sans nuance. Est-ce qu’il y […]

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.