Life

Alors cette semaine, je suis allé voir le film “Life”, qu’on a traduit ici par “Vie” et en France par “Life – origine inconnue”.

Y’a quand même plus de mots français dans leur titre que le nôtre.

Et là je vous averti tout de suite, il y aura plusieurs divulgâcheurs dans ce texte, mais comme vous irez pas voir le film, c’est pas grave.

Je vais commencer tout de suite en vous disant que dans “Vie”, tout le monde “meurt”.

À commencer par le personnage de Ryan Reynolds. Ça c’est celui qui fait Deadpool. Il meurt même avant le russe et le japonais, ce qui est assez exceptionnel pour un film américain.

Probablement qu’il avait un autre tournage quelque part.

Y’a aussi Jake Gyllenhaal et Rebecca Ferguson qui jouent là-dedans.

Eux ils meurent dans d’atroces souffrances, mais plus tard.

Alors ce film-là, c’est un mélange de Gravity, de Alien et de Finding Nemo.

Parce que c’est l’histoire d’une équipe d’astronautes dans la station spatiale internationale autour de la terre qui, dans un futur proche, récupère des échantillons d’une sonde qui est de retour de la planète mars.

Donc c’est un huis-clos dans la station spatiale.

Et comme dans la pièce Huis-clos de Jean-Paul Sartre, dans ce film-là, l’enfer c’est les autres.

Les autres qui viennent d’une autre planète.

Parce que parmi les échantillons, y’a un organisme microscopique qui ne va pas tarder à se transformer en étoile de mer géante qui va tuer tout le monde.

C’est pour ça que ça ressemble à Trouver Nemo. À cause de l’étoile de mer.

On innove vraiment ici parce qu’on avait jamais vu ça dans un film, des humains qui découvrent une nouvelle forme de vie, ils trouvent ça cool, pis ils se font bouffer.

Et ce qu’il y a de drôle dans ces films là, c’est qu’on dirait quil n’y a que nous dans la salle qui trouvons que c’est peut-être pas une bonne idée de jouer avec une bestiole comme ça.

Ce sont tous des astronautes avec des PHD, mais ce ne sont pas des lumières.

Peut-être que c’est juste parce qu’ils entendent pas la trame sonore angoissante comme nous.

Peut-être que s’ils écoutaient du Wagner plutôt que du Marvin Gaye, ils réaliseraient qu’ils vont bientôt de faire envahir.

D’ailleurs, tout le long du film je me suis demandé combien de temps aurait toffé l’ancien astronaute et ministre Marc Garneau avec une bestiole comme ça dans son vaisseau spatial.

Je l’ai vu nous expliquer que c’était pas stressant pantoute que des islamistes radicaux travaillent à l’aéroport de Montréal, et j’ai comme l’impression que c’est lui qui se serait fait bouffer en premier dans ce film-là.

Parce que cette étoile de mer géante a la particularité d’être pas tuable.

Moi quand j’étais petit, une fois on avait ramassé une étoile de mer sur la plage et on l’avait fait sécher sur une roche.

Mais dans l’espace, y’a pas de roche pour faire sécher l’étoile de mer extraterrestre alors elle massacre tout le monde.

Et à la fin, ils ne reste que deux astronautes qui se retrouvent dans une situation où le réalisateur essaie de nous faire croire qu’on se dirige vers un dénouement, mais finalement, coup de théâtre c’est un autre dénouement.

Ça prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour voir venir le punch dix minutes d’avance.

Je vous donne pas les détails, mais mettons que vous serez surpris d’apprendre qu’une étoile de mer, ça peut conduire une capsule spatiale et qu’il y aura probablement un Vie 2.

Alors pour toutes ces raisons, j’ai adoré, et je donne cinq étoiles.

Laisser un commentaire