Ready Player One

Je suis allé voir le film Ready Player One.

En français évidemment.

Avoir des enfants, ça nous condamne à voir des mauvaises traductions.

Ready Player One d’ailleurs dont le titre en français au Québec est Player One.

Ready, c’était trop dur à comprendre pour le francophone moyen.

C’est pour ça que Reddy Reddy Go avec Francis Reddy, ç’a pas duré longtemps.

Moi j’ai lu le livre il y a quelques années, un roman de Ernest Cline, j’avais vraiment adoré.

C’était peut-être un peu plus sombre que le film qui est parfois un peu cartoonesque.

Ça raconte l’histoire d’un futur pas si lointain où les gens vivent principalement dans un monde virtuel appelé l’Oasis pour échapper à leur triste sort dans la réalité.

L’Oasis qui a été créé par un gars un peu weird, un genre de Jean Leloup frisé qui aurait passé trop de temps devant sa console Atari et qui trippait sur la culture populaire des années 80-90.

À sa mort, les utilisateurs de l’Oasis doivent poursuivre une quête dont les clés sont issue de cette époque. Ça donne plein de références à des vieux jeux vidéos, à Retour vers le futur, à Goldorak, etc.

Le film est réalisé par Steven Spielberg le grand cinéaste derrière les films 1941, Always ou Le bon gros géant.

Je le recommande à tout le monde qui est optimiste face à l’avenir des relations humaines. Ou pas.

Je donne cinq étoiles.

Laisser un commentaire