Le complotisme programmé dans nos cerveaux

Beaucoup de comportements humains nous viennent de la préhistoire. C’est le cas de l’indignation, mais aussi du complotisme.

Il y a des centaines de milliers d’années, l’Homo sapiens vivait dans un monde où les complots étaient monnaie courante. Le risque d’être tué par des tribus hostiles était beaucoup plus grand qu’il ne l’est de nos jours, dans la société moderne, explique le psychologue Jan-Willem van Prooijen, chercheur à l’Université libre d’Amsterdam et auteur d’un livre sur la psychologie des théories conspirationnistes.

Ceux d’entre nos ancêtres qui savaient détecter les complots avant qu’ils ne se manifestent avaient un avantage sur les autres. C’est donc un trait qui a été favorisé dans l’évolution. Nous croyons que nos cerveaux se sont adaptés pour être à l’affût des conspirations hostiles, explique le chercheur.

Nous sommes prédisposés à être conspirationnistes

Je reviens encore avec cette idée que nous avons des émotions du paléolithique, des institutions du moyen-âge et des technologies dignes des Dieux. C’est un peu pour ça que ça chie.

Laisser un commentaire