Le trafic induit et le 3e lien

Dans le cas du 3e lien, il convient de rappeler le concept de « trafic induit »:

Le phénomène de trafic induit dans le transport routier est à l’origine d’une boutade populaire aux États-Unis : « You can’t build your way out of traffic congestion. », (« Il n’est pas possible de s’extraire de la congestion routière en augmentant la capacité. ») Todd Litman souligne ainsi que, si les ingénieurs comparent souvent le trafic à un liquide, il serait plus approprié d’utiliser la métaphore du « gaz » pour expliquer le phénomène du trafic induit. En effet, la propriété du gaz est de s’étendre jusqu’à remplir le volume de son contenant (« […] it is more appropriate to compare urban traffic to a gas that expands to fill available space »).

Ainsi donc, construire des autoroutes à six voies pour réduire la congestion a parfois pour résultat de l’augmenter. On dit que le 3e lien se fera au bénéfice de très peu d’utilisateurs à un coût exorbitant.

Comme l’écrit Paul Journet: « [La] principale gageure est électorale. Peu importe ce que pensent les experts, le tunnel reste populaire à Québec, bien plus que le tramway. Et la science des sondages est écoutée par les politiciens. »

Tout ça pour ça.

Commentaires

[…] qui créaient des barrières dans ces villes, ce qui ne sera peut-être pas le cas du fameux 3e lien. Mais ça peut quand même utile de noter cette […]

Laisser un commentaire