Passeport Santé sur le pont Jacques Cartier

Il y a quelques semaines, je constatais que ça ne rapportait (de façon prévisible) rien pour un site Web (les Dents du Québec, en l’occurence) de s’afficher format géant sur le pont Jacques-Cartier.

Aujourd’hui, toujours en revenant de mon match de hockey aux somptueuses 4 Glaces de Brossard, je constate qu’un autre site avait loué l’endroit privilégié : Passeport Santé.

Or, Yannick Manuri nous annonçait récemment sur son excellent blogue qu’il avait obtenu le compte dudit Passeport Santé, et que son agence sera “responsable de l’ensemble des activités médias interactives (stratégie et planification média) de l’entreprise”.

Je me demande si au passage, il leur expliquera que ce n’est pas très winner, le Pont…

Arrondissement.com

On me parlait récemment d’Arrondissement.com et je me suis souvenu en avoir fait mention dans un travail pour l’université.

Je regarde ledit travail, rédigé il y a un an et demi, et je retourne faire un tour chez Arrondissement.com : ça n’a pas changé une miette (une belle occasion de recycler un vieux texte). Dommage, c’est vraiment le genre de truc qui pourrait être utile. J’avais bien tenté de démarrer un pendant en forme de wiki de la chose, mais n’ai pas eu le temps d’en faire vraiment la promotion. En plus, le transfert de serveur a un peu brisé la base de donnée, et j’ai pas trop le temps de me pencher là-dessus pour le moment.

Un jour, promis.

Le nombre de visites comme indicateur… de qualité ?

Il arrive que les gens confondent le nombre de visites et l’appréciation d’un texte. Comme le rapporte Richard Hétu, la ministre française Christine Boutin croit que George W. Bush peut être à l’origine des attentats du 11 septembre :

«Je le pense d’autant plus que je sais que les sites qui parlent de ce problème sont des sites qui ont le plus haut taux de visite»

Comme je l’écrivais en réponse à Steve Proulx de Voir, sur Cent Papiers, le texte le plus visité est “Le chien le plus laid du monde”. Est-ce à dire que c’est le meilleur texte ? Non. Le plus apprécié ? Non plus. Le mieux référencé dans Google ? Voilà !

Les gens aiment les histoires de conspirations, de beaux chiens ou de chiens laids… ils aiment aussi les histoires autour de Paris Hilton. Ça ne fait pas de cette dernière quelqu’un d’intéressant.

Attention aux zombies !

Il est parfois drôle / décourageant de voir la manière dont sont traités les “phénomènes” informatiques dans les médias. Ne serait-il pas mieux de prendre un type qui s’y connaît et d’en faire un journaliste que de prendre un journaliste et de lui faire lire “Le web pour les nuls” ? Ce doit être une question de convention collective.

Bon, je ne peux pas vraiment évaluer l’ampleur du danger que peuvent provoquer les “zombies” tels que décrits dans ce reportage (vidéo). Peut-être parce que la métaphore de la bagnole empruntée mise en scène dans le reportage ne me touche pas parce que je n’en possède pas. Reste que cette phrase louche un peu:

“Les pirates informatiques sont attirés par notre qualité d’internet.”

Dans le même ordre d’idées: MySpace pour les nuls.

Réactions en chaîne

Je vous épargne les détails, mais:

  • La semaine dernière: le frangin installe Ruby on rails sur le serveur;
  • Hier, j’installe la librairie GD2 qui permet entre autres de redimensionner les images dans SPIP;
  • Cette nuit, Apache se met à jour;
  • Ce matin, le serveur est mort parce qu’Apache n’a pas aimé l’installation de Ruby on Rails;
  • Je corrige le problème;
  • Le serveur est ok, mais GD2 ne fonctionne plus, ce qui rend le Sportnographe à moitié inaccessible;
  • Je réinstalle GD2;
  • En fouillant pour réparer le problème, je tombe sur un petit bouton pour mettre à jour cPanel;
  • cPanel se met à jour;
  • Le système de votation en forme d’étoiles de Cent Papiers ne fonctionne plus, mais celui du Sportnographe oui;
  • Je mets donc à jour ledit système sur Cent Papiers;
  • Les étoiles reviennent, mais pas les palmarès d’auteurs et d’articles;
  • Après moult gossages, tout est rétabli.

Bilan: une demi-journée de perdue pour pas grand chose. Fâchant.

MonAvis.ca : où est la limite à s’inspirer des autres ?

On ne m’a pas demandé mon avis sur MonAvis.ca. Tant pis. Je trouve le concept très intéressant, même si comme Stéphane, je ne suis pas certain que la masse critique pour en faire un succès sera atteinte. Surtout, comme Benoît Descary, je trouve l’interface beaucoup trop chargée.

Disons que je suis pas mal dans la surcharge (ou la décharge) par les temps qui courent avec ma tentative d’allègement du design de Cent Papiers.

Mais en gros, l’idée est bonne. À propos du concept “tout le monde peut être un critique”, lire ce texte.

Un commentaire d’un certain Fabrice au billet de Benoît Descary rappelle toutefois que MonAvis.ca est un clone de Yelp.com. La disposition des sections et les icônes sont à peu de choses près identiques à ce qu’on voit chez Yelp.

Évidemment, je suis mal placé pour dénoncer la reprise d’un concept étranger. Ce n’est sûrement pas nous qui avons inventé celui de média citoyen. Il reste qu’on peut se demander où est la limite à emprunter les idées des autres.

Ça me turlupine d’autant plus que je m’inspire beaucoup de ce que je vois sur d’autres sites web pour rénôver Cent Papiers. Évidemment, je ne pique pas intégralement des éléments de ces sites, mais jusqu’à quelle point puis-je adapter les boîtes de UxMag, la disposition de The Nation, ou tout autres éléments glânés sur les galeries de sites en CSS, sans qu’on ne m’accuse de plagiat ?