Île sans fil et SDBSL : Ilitoo NA me répond

Un responsable de la compagnie Ilitoo SDBSL m’écrit pour préciser certains trucs de mon billet sur Île sans fil et le boulevard Saint-Laurent, trucs que j’avais mal compris ou que je ne savais pas.

1. la SDBSL va donner aucun montant à Ilitoo NA car c’est Ilitoo NA qui prend le risque financier dans le dossier soir 150 000$.

2-IlitooNA est une entreprise Canadienne et non étrangère.

Est ce que Ile Sans fils que nous respectons aurait investi comme OSBL le montant avec les risques qui vont avec !

Le projet initial vient de la société Ilitoo NA et nous sommes déjà
installé sur le rue Crescent.  Si d’autres sociétés non pas eu de vision,
il faut plus tôt s’adresser à eux.

Wifi sur le boulevard Saint-Laurent

Dans mon jeune temps (il y a 4 ans mettons), alors que je terminais mon baccalauréat en urbanisme, nous devions préparer sur toute la dernière année, un “projet terminal”. Notre mandat avait été de présenter un plan pour revitaliser l’avenue des Pins à la suite du démantèlement de l’échangeur du même nom. Mon cheval de bataille avait été l’implantation de l’internet sans fil afin d’attirer les gens sur des Pins et contribuer à “l’économie” locale. Il s’agissait évidemment d’un support pour plusieurs autres suggestions.

Il me semblait, à l’époque et encore maintenant, que les municipalités se devaient de prendre les devants dans le dossier de l’internet municipal, en regard de la situation états-unienne où plusieurs municipalités se faisaient poursuivre par les fournisseurs d’accès pour compétition déloyale. Ma proposition de l’époque impliquait que la Ville de Montréal s’associe à Île sans fil pour implanter le wifi. L’association allait de mise, puisqu’Île sans fil avait déjà démontré sa capacité de bien faire, et qu’il s’agit d’un organisme sans but lucratif.

Ça me rappelle d’ailleurs que j’avais déjà produit un plaidoyer sur l’internet sans fil comme service public local, dans le cadre d’un cours de maîtrise. Eh hop, je le mets sur CentPapiers.

Voilà donc pourquoi, tout comme Patrick Tanguay, je trouve extrêmement décevant que la Société de développement du boulevard Saint-Laurent (SDBSL) ait plutôt décidé de s’associer à une compagnie étrangère (ILITOO NA) pour installer son réseau sur le boulevard Saint-Laurent :

“La SDBSL avoue avoir pensé à Île sans fil au moment de choisir qui allait installer le réseau sans fil sur le boulevard. L’organisme à but non lucratif a déjà des bornes installées dans plusieurs commerces de cette artère et offre aussi un service gratuit.

«Île sans fil fait un excellent travail, mais qui repose beaucoup sur le bénévolat. Nous voulions quelque chose qui soit installé de façon très ponctuelle», explique André Beauséjour, directeur général de la SDBSL.”

Il me semble que les sommes qui seront versées à ILITOO NA auraient pu servir à Île sans fil pour, justement, aller au-delà du bénévolat.

Dans tous les cas, il faut bien sûr se réjouir du fait que Montréal s’investisse enfin dans le sans fil, mais le fait de ne pas encourager les initiatives locales et de se tourner vers le privé démontre un certain manque de vision de la part de nos administrateurs.

Première moisson

J’avais l’habitude de me réfugier dans un lieu clos loin d’une quelconque rampe d’accès à l’autoroute de l’information, afin de me concentrer pleinement à la rédaction de mon mémoire.

S’agit que je parte quelques temps en Gaspésie pour voir ledit lieu, une succursale de Première Moisson, investi par internet.

Ce que ça donne ? Me voilà en train de publier un billet. Je ne vais toujours’bin pas finir par me ramasser dans un Tim Hortons à boire le pire café au monde ?